Subspecies 3 : Bloodlust – Ted Nicolaou

Bloodlust: Subspecies III. 1994

Origine : États-Unis
Genre : Full Moon Vampire
Réalisation : Ted Nicolaou
Avec : Anders Hove, Denice Duff, Melanie Shatner, Kevin Spirtas…

En étant venu à bout de Radu avec l’aide du professeur Popescu -qui y a laissé sa peau- Rebecca croyait avoir délivré sa sœur Michelle. De toute évidence, non : en passe de devenir vampire à son tour, la frangine n’avait pu sortir de la crypte sans s’exposer aux rayons ardents du soleil. Jurant de revenir la chercher à la nuit tombée, Rebecca l’avait laissée là, la croyant en sûreté. C’était sans compter sur la mollesse des coups infligés à la mère de Radu. Et hop, sitôt Michelle revenue qu’elle lui met le grappin dessus, utilise ses tours de sorcière pour ressusciter Radu, et tout ce beau monde de se téléporter au château Vladislas. Tant et si bien que lorsque Rebecca revient avec la police et avec Mel, l’employé d’ambassade, elle ne trouve plus personne. Pas cruche pour un sou, elle devine où sont passés les vampires. Reste à trouver un moyen de libérer Michelle.

Comme Subspecies 2 embrayait directement sur le 1, Subspecies 3 reprend là où le 2 s’était arrêté, c’est à dire lorsque la mère de Radu fondait sur Michelle après que celle-ci ait tenté en vain de sortir de la crypte. Une transition qui va bien au-delà du simple clin d’œil à la Freddy promettant une suite prochaine : cette continuité narrative relève plus de la tomaison que de la séquelle. C’est le signe que Charles Band, patron de Full Moon, est plus que jamais désireux de créer une saga appelée à perdurer et à se constituer un public fidèle. Les séries télévisées ne font pas autrement, sauf que nous sommes ici face à des longs-métrages distribués directement en vidéo. L’objectif de la fidélisation est plus dur à atteindre, mais pas insurmontable : d’une part Charles Band considère le marché de la VHS (vidéo-clubs inclus) comme étant suffisamment porteur, et d’autre part il apporte sa pleine confiance au réalisateur Ted Nicolaou, qui travaille régulièrement si ce n’est exclusivement pour lui depuis l’époque du studio Empire (pour lequel il réalisa cette petite perle de bizarrerie qu’est Terrorvision). Et à la vue de Subspecies 2, il a rudement bien fait : non seulement le réalisateur scénariste est parvenu à s’appuyer sur les qualités du premier (qu’il avait réalisé mais non écrit) pour faire quelque chose de meilleur, mais il a également su lui insuffler un caractère propre, à même justement d’attirer l’attention. Considérant que Subspecies 3 a été tourné dans la foulée du 2 avec la même équipe, les mêmes acteurs et donc en nouant leurs deux intrigues dans un tour de passe-passe feuilletonnant, grandes étaient ses chances de ravir les adeptes de l’excellent Bloodstone.

Pourtant, trop malin pour reproduire à l’identique le film qu’il vient juste de terminer, Nicolaou oriente Bloodlust dans une autre direction. Sans pour autant tout transformer radicalement. Ainsi, on y retrouvera ce qui avait séduit, à commencer par le vampire Radu, toujours aussi rock’n’roll avec sa dégaine de Nosferatu trash qui est plus proche des démons d’Evil Dead ou de la démone de Night of the Demons que des vampires traditionnels. Le réalisateur ne rate jamais une occasion de le mettre en valeur, insistant particulièrement sur ses gigantesques paluches (créées à base de simples gants), sur ses dents sanguinolentes et l’auréolant de gros plans ou d’éclairages mettant en valeur son look monstrueux. Rien qu’à le voir, on dirait que le film est gore, alors que ce n’est pas particulièrement le cas. Outre le principal antagoniste en voie de starification, on retrouve également l’espèce de ghoule ricanante lui servant de mère, ainsi que leurs ennemis qui n’ont pas changé, à ceci près que Popescu étant mort dans la bagarre finale, il est remplacé par Mel, l’employé d’ambassade qui avait claqué la porte de l’aventure précédente en ne cachant pas son ras-le-bol des légendes vampiriques. Il revoit ici sa position tout en comptant vaguement fleurette à Rebecca sous prétexte de lui venir en aide (mais pour ce qui est de la soutenir au plumard, il rate encore son coup). Laquelle Rebecca commence à devenir une sorte de Van Helsing au féminin, obnubilée qu’elle est par sa volonté de libérer Michelle. Même Radu ne l’impressionne plus ! Enfin, pour compléter ce duo de chasseurs de vampires, le lieutenant Marin reprend du service. S’il a abandonné sa manie de citer de grands policiers de fiction, il n’en demeure pas moins un élément comique, cette fois de manière un peu plus élaborée. D’un côté il doit s’assurer que les deux américains n’aillent pas prendre d’assaut le château Vladislas le pieu et la hache sous le bras, de l’autre il doit malgré tout mener à bien le dossier de la disparition de Michelle, tout en se faisant injurier par sa hiérarchie qui ne tolère pas ces histoires surnaturelles et même par des paysans qui reprochent aux américains d’avoir réveillé le “strigoï” (proche parent du vampire dans le folklore roumain). Alors il passe son film à tenter vainement d’imposer son autorité, à se laisser convaincre, à donner des ordres dans le vent… Ces personnages -rejoints brièvement par un hurluberlu sorti de nulle part- deviennent à vrai dire sympathiques, puisqu’on les voit évoluer depuis l’épisode précédent. Encore un signe que la saga Subspecies cherche à jouer sur le même registre que les séries télévisées, élaborant des intrigues à tiroir dans un univers plaisant (toujours l’authentique cadre roumain) peuplé de personnages attachants, qu’ils soient d’ailleurs bons ou méchants puisqu’aucun des deux côtés n’est à prendre totalement au sérieux.

Et en parlant d’intrigue, Nicolaou en crée une nouvelle. Pour être le prolongement direct de Bloodstone, Bloodlust s’en éloigne par son rythme. Non que celui-ci abandonne la densité narrative de son prédécesseur, mais il place ses priorités ailleurs. La Pierre de sang autour de laquelle tournait le précédent volet est ici largement oubliée : en possession de Radu et de sa mère, elle n’a plus grand rôle à jouer. L’élément central se trouve en fait être Michelle, dont la lutte interne s’intensifie : d’un côté elle ne souhaite pas devenir comme Radu, et de l’autre elle se sent irrémédiablement tentée par la vie que celui-ci lui promet sitôt qu’elle aura pleinement fait une croix sur ses penchants humains. Michelle demeure donc imprévisible, et une large partie du film est dévolue aux stratagèmes de Radu pour la faire glisser sur la mauvaise pente. La tenter par une victime dans la fleur de l’âge, lui donner un peu de plaisir via de profondes morsures faisant office d’actes sexuels, lui promettre puissance, vie éternelle et usage à volonté de la Pierre de sang… Mais d’un autre côté, maman Radu voit cela d’un mauvais œil : ayant mélangé son sang avec Michelle et ne pouvant donc pas lui-même la mettre à mort si le besoin s’en faisait un jour sentir, le roi des vampires ne risque-t-il pas de s’exposer au danger ? Le manipulateur ne serait-il pas aveuglé par ses sentiments ? Car oui, l’ignoble Radu a incontestablement le béguin pour cette frêle donzelle devenue gothique par la force des choses (et par le travail des costumiers). Il lui pardonne et lui autorise bien des incartades. Elle a beau être une sorcière putride, la mère de Radu voit la faiblesse que cette tocade représente pour son fils et pour ses propres intérêts. Si Nicolaou s’approche de la mode des “vampires à l’eau de rose”, c’est non seulement pour entretenir cette similitude avec les ressorts de feuilletons télévisés, mais également pour jouer sur le registre du décalage et donc du second degré. Bruts de décoffrage, les Subspecies sont loin des ambiances chics et des vampires classieux. Ils ne pourraient par nature tendre durablement dans cette direction. De fait, le réalisateur trouve toujours le moyen de crucifier sur place les envolées lyriques de son vampire amoureux et de sa promise incertaine en les sanctionnant tantôt par les remarques désobligeantes de la sorcière, tantôt en faisant intervenir Rebecca et sa bande de bras cassés, tantôt en envoyant des ingrédients purement horrifiques. En un sens, on finit même par plaindre Radu, tancé par sa mère, repoussé par sa Michelle, traqué par Rebecca, malmené par le réalisateur, alors qu’il ne demandait qu’une paisible lune de miel.

Bloodstone s’attirait les faveurs du public en posant des bases horrifiques et mythologiques solides faisant naître un goût de “reviens-y”. Les nouvelles aventures de Radu Vladislas parviennent à faire de même en s’attardant cette fois sur ses personnages hors normes et sur les relations tendues voire tordues qui les lient entre eux. Et dans un cas comme dans l’autre cela n’empêche pas Nicolaou de se reposer sur le brin de folie que la Full Moon a pourtant eu plus de mal à atteindre qu’à l’époque de sa devancière, l’Empire International Pictures. Les raisons qui ont fait de cette dernière un studio emblématique des années 80 sont les mêmes que celles faisant de Subspecies (enfin du moins pour ces tomes 2 et 3) une saga revigorante : peu regardante sur les conventions, suffisamment bien foutue pour éviter les temps morts, pourvue d’effets spéciaux aussi généreux que réussis et capable d’inventer un univers référentiel, elle avait bien de quoi s’attirer la fidélité d’un public se donnant la peine d’aller piocher les VHS dans le commerce ou au vidéo-club du coin. Mais après deux films tournés bout à bout, se pose maintenant la question de l’avenir. Subspecies 4 : Bloodstorm ne sortira que quatre ans plus tard. Un délai plus conséquent qu’il n’y paraît de prime abord, puisque dans le petit monde de la vidéo, cela peut laisser le temps à la prolixe concurrence de s’imposer et de faire oublier la saga. C’est probablement pourquoi Band et Nicolaou firent patienter leur public en lui soumettant dans l’intervalle un spin-off de Subspecies nommé Vampire Journals.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.