Journal intime d’un vampire – Ted Nicolaou

Vampire Journals. 1997

Origine : États-Unis / Roumanie
Genre : Dérivatif
Réalisation : Ted Nicolaou
Avec : David Gunn, Jonathon Morris, Kirsten Cerre, Starr Andreeff…

Zachary est un vampire promenant son spleen de par le vaste monde pour y traquer impitoyablement les siens. Depuis qu’il a dû couper la tête de sa copine, elle-même fraichement vampirisée, il voue en effet une haine tenace à ses semblables et s’est juré de détruire la lignée vampirique qui l’a conduit à sa piètre condition. En bonne place dans cette lignée se trouve un certain Ash, qu’il a ferré présentement à Bucarest et qui s’est mis en tête d’incorporer à sa cour une jeune pianiste américaine nommée Sofia. Zachary ne peut décemment pas laisser faire ! Mais que pèsent ses avertissements face à l’invitation de Ash, qui convie Sofia à donner un récital dans son “club privé”. Et voilà donc la donzelle enfermée dans la vaste demeure de Ash et de ses serviteurs, humains ou vampires. Et Zachary de tenter le coup du sauvetage tout en continuant sa quête personnelle.

Mais que s’est-il donc passé ? Comment Charles Band et Ted Nicolaou, qui avec les trois premiers Subspecies -surtout les volumes 2 et 3- avaient fourni à la Full Moon l’un de ses plus emblématiques vilains, et l’une de ses meilleures franchises, ont-ils pu d’un coup s’égarer dans un “spin-off” prenant le contrepied de tout ce que leur trilogie avait d’attractif ? Les aventures de Radu Vladislas, l’horrible roi des vampires, étaient mouvementées, avec des personnages truculents, une mythologie surprenante, un style original (exploitant le patrimoine roumain) et affichaient une décontraction typiquement adaptée à ce genre de série B : ni trop sérieuse ni trop facétieuse. Trois ans après la dernière apparition de Radu, Vampire Journals vient annoncer son retour prochain en squattant le même univers que lui, mais en en changeant complétement la nature. De Radu il n’est ici pas question, ou alors juste pour dire que son remplaçant provisoire, Ash, est un de ses suppôts. En revanche, nous retrouvons bien le milieu qui est celui des Subspecies, et plus particulièrement celui de Bloodstone, l’opus le plus “urbain” des trois films. C’est à dire celui qui exploitait le plus l’atmosphère d’une grande ville d’Europe orientale. Journal intime d’un vampire ne sort pas de ce cadre, et du moins dans ses scènes d’extérieur adopte le même parti-pris : celui de jouer sur l’architecture baroque des bâtiments et d’y caser des jeux de lumières et surtout d’ombres, puisque les vampires sont là encore capables de se déplacer par ce moyen. Sur ce point, rien de gênant, nous retrouvons bien l’ambiance de la franchise. En revanche, l’essentiel du film se déroule en intérieur, dans le manoir de Ash, et on ne peut dire que Nicolaou s’y montre aussi inspiré. Ne se contentant pas de reprendre le faste architectural de cette bâtisse cossue, il le pousse jusqu’à l’excès, y plaquant également toute une gamme de couleurs allant de l’or au verdâtre et y casant un décorum tout en tentures, en mobilier ancien et autres artefacts rococos. Tout cela confine au mauvais goût tout en sabotant la nature “roumaine” des Subspecies. Il n’y a ici rien qui relève de la tradition, et au contraire de Bloodstone le film ne bénéficie pas d’un perpétuel mouvement. Il reste statique, marine dans son jus, restant en vase clos pour y jouer une intrigue qui constitue son pire défaut et qui se retrouve soulignée par cette quasi unité de lieu.

Entretien avec un vampire… Entre Bloodlust et Journal intime d’un vampire, le film de Neil Jordan est passé par là, intensifiant le côté “romantique à l’eau de rose” du film de Coppola et lançant la mode des vampires damnés et de leurs amours contrariées. C’est sur ce créneau que vient s’échouer ce spin-off dont les personnages principaux sont coulés dans un moule bien différent de ceux des Subspecies. Pour commencer, ceux-ci laissaient la vedette à Radu et lui opposaient un petit groupe hétéroclite et légèrement comique. Ici, et bien que l’on puisse trouver une similarité -la jeune femme sur laquelle le vampire en chef aimerait mettre le grappin-, le schéma est tout autre : nous sommes dans un face à face entre deux vampires, l’un gentil l’autre méchant, et aucun des deux n’affiche les mêmes dispositions que Radu. Tous deux ont beau être des vampires, ils restent bien plus proches des humains que du monstre qu’était le roi des vampires. L’attraction de Radu pour Michelle paraissait profondément incongrue, et ses méthodes de séduction trahissaient son incapacité à comprendre la gent féminine. De son côté, Ash est un dandy pur et dur, vivant dans son harem auprès notamment de Cassandra, une jeune vampirette gothique follement éprise de son très mondain maître, ou encore de quelques humains plus ou moins contraints à le servir (ce qui nous vaut quelques sous-intrigues stériles). Avec son look de hair-metalleux et son maniérisme précieux, il se veut un vampire sophistiqué à la cruauté toute calculée. Le bonhomme joue clairement la carte de l’aristocrate décadent, bien aidé en cela par cette esthétique pseudo-luxueuse. Mais comme elle, il sonne profondément faux : il n’a aucun charisme, se vautre complaisamment dans le caricature et la très chiche intrigue qu’il porte (une succession de péripéties dans lesquelles interviennent quelques personnages fumeux) est bien loin de lui faire accomplir la moindre prouesse et de gagner des jalons. Mettre son invitée sous clef jusqu’à ce qu’elle cède, tu parles ! Du reste, cette invitée est dépourvue de toute personnalité, réduite qu’elle est à son joli minois et à son talent musical (prétexte là encore aux envolées pompeuses, cette fois à base de “grande musique” dont Ash est friand).

Mais si Ash incarne la platitude et la paresse scénaristique, que dire de son adversaire Zachary ? Ce “héros” est proprement détestable. Déjà parce que, justifiant le titre du film (le “journal intime”), il nous fait subir ses inutiles commentaires tout du long : ce qu’il fait, ce qu’il a fait, ce qu’il doit faire, ce qu’il pense… Cela permet certaines fois de dérouler le scénario à peu de frais, mais plus sûrement de paraphraser ce que l’on devine ou ce que l’on voit. L’ambition de ce procédé est en fait purement dramatique : il s’agit de donner une orientation intimiste au film, essayant ainsi de lui conférer un petit côté littéraire à l’ancienne et partant, une aura “chic”. Or, Zachary n’étant ni Sheridan Le Fanu ni Bram Stoker, ses tirades mal placées tombent à plat. Quand bien même auraient-elles été mieux écrites qu’il n’en serait pas allé autrement : doté d’un look de jeune ténébreux fortement influencé par Brandon Lee dans The Crow, ce vampire n’en finit plus de nous faire comprendre qu’il vit sa nature comme une malédiction dure à combattre. Il porte la misère du monde sur ses épaules (ce qui explique peut-être que celles-ci soient affaissées). En somme, Nicolaou veut qu’on plaigne cette âme torturée. Mais, loin d’être un chasseur de vampires obnubilé par sa quête à la façon de Van Helsing (ou de Rebecca dans Subspecies 2 et 3), il ne cesse de s’épancher, d’atermoyer et même de gaffer, tout en continuant à geindre. Le problème principal n’est pas tant que cette personnalité fait de lui un vampire particulièrement horripilant, mais plutôt que le premier degré prédomine. Il n’y a aucune trace d’humour ni envers Ash ni envers Zachary, alors que ce dernier est d’une ineptie patente. Nicolaou semble bel et bien s’être pris au sérieux en espérant séduire un public adolescent porté sur les conventions gothiques.

A ce petit jeu, ce n’est certainement pas une production Full Moon qui allait pouvoir rivaliser avec des productions plus huppées qui n’avaient pas à se soucier de la censure, puisque ce genre de vampires étant avant tout portés sur le sentiment de mal-être (auquel le public est censé s’identifier), rien de plus simple que d’éviter de verser dans l’horreur. Le vampirisme est vu sous l’unique angle du pathos et de l’amour contrarié, et le fantastique n’est qu’un moyen et non une fin. C’est ce que le réalisateur et son patron Charles Band semblent ici avoir mal compris. Car bien qu’ils se livrent à corps perdu à la mode du vampire classieux et damné, ils cèdent ici ou là à leurs habitudes : celles, typiques, de la série B horrifique (en gros, tout ce qui relève de l’exploitation). Ce qui rend leur tentative de “respectabilité gothique” encore plus ratée : le sang et le sexe tombent comme des cheveux sur la soupe et viennent saboter une ambition que les personnages grotesques avaient déjà bien mise à mal. La mode du vampire maniéré et précieux n’est absolument pas faite pour une firme comme Full Moon, pour un réalisateur comme Nicolaou et pour une série comme les Subspecies. Rendez-nous Radu ! Hélas, mille fois hélas, son retour l’année suivante sera accompagné par celui de Ash (fort heureusement, Zachary ne repointera plus le bout de son nez).

3 réflexions sur “Journal intime d’un vampire – Ted Nicolaou

  • 10 juillet 2021 à 19 h 53 min
    Permalien

    J’avais vu la jaquette du film en VHS, dans un vidéo club, il y a plus de 20 ans et je me disais déjà que le film était en train de profiter du succès de Entretien avec un Vampire.

    Ça fait bizarre que les deux plus grands films de Vampires aient été Dracula de FF Coppola et Entretien avec un Vampire, parce que depuis la série Buffy, ils sont toujours habillés de noirs, et jeunes et servent plus de chair à canon. De Blade à Blade 3, Underworld à Underworld 5 ou 6, on a le même type de Vampire, plus du tout effrayant.

    Mais c’est après cela que ca devient encore pire, ave la saga Twilight, qui va se charger de castrer les Vampires, de terrifiants, ils sont devenus des bouffons, à quelques exceptions près, mais là ce sont de braves toutous. Même le chihuahua avec ses crocs de vampires, dans Blade 3 apparait plus menaçant que Edward Cullen et sa famille Vegan.

    Pour le moment rien ne permet au films de Vampires, de revenir en force, et le temps passant le zombie l’a quasiment supplanté en terme de menace au cinéma et à la télévision. Le Vampire n’a pas l’air de retrouver ses lettres de noblesses.

    Répondre
  • Loïc Blavier
    11 juillet 2021 à 7 h 52 min
    Permalien

    Espérons que Radu retrouvera en tous cas les siennes, puisque Subspecies 5 serait dans les cartons de Charles Band.

    Dans un ordre plus général, il y a tout de même quelques tentatives pour revenir à des vampires moins chichiteux, mais ça ne suffit pas à supplanter l’image qu’ils ont choppé à cette époque. Et puis effectivement, si c’est pour en faire de simili zombies, ça ne vaut guère le coup…

    Répondre
  • 11 juillet 2021 à 17 h 10 min
    Permalien

    Tiens, ça me rappelle Je suis une légende. Tu ne saurais pas que ce sont des vampires à la base, tu croirais que ce sont des contaminés. Et puis Will Smith est mauvais.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.