JL8 – Yale Stewart

 JL8. 2011-…

Origine : États-Unis
Genre : Webcomics
Auteur : Yale Stewart
JL8 est un webcomic de Yale Stewart basé sur les personnages de Justice League. Celui-ci présente les membres de la Justice League comme des enfants de 8 ans qui partagent leur quotidien scolaire…

Tout le monde connait Maliki et Boulet, qui comme tant d’autres ont accédé à la postérité par le biais de blogs sur lesquels ils ont lâché leurs aventures ou celles de leur avatars. Pour le coup nous vous emmenons aux États-Unis pour parler de Yale Stewart, auteur de JL8.

Qui est Yale Stewart et qu’est donc que JL8?

Yale Stewart est dessinateur freelance. Il s’est lancé fin 2011 dans un webcomic rapidement apprécié sur la toile, JL8. Le concept est relativement simple et commun à d’autres webcomics : proposer, de manière régulière, une planche (un strip) qui narre les aventures d’un personnage -ou ici de la Justice League of America, la fameuse JLA. Mais là où Yale Stewart se démarque du commun des auteurs, c’est que ses histoires, impliquant Superman, Batman, Wonder Woman et les autres, se déroulent alors qu’ils sont tous enfants et ce dans un environnement connu : l’école ou la maison. Le dessinateur offre ainsi aux fans DC un parallèle aux fameux X-Babies de Marvel.

Pour ceux qui n’ont jamais lu de comics DC,  rassurez vous : JL8 est une histoire qui ne reprend donc pas la trame classique de DC Comics. Cela permet du coup à tout le monde de commencer sans avoir à se bouffer tous les comics pour piger le scénario !

Yale Stewart a néanmoins réussi un tour de force en offrant un webcomics qui plaira aussi bien aux lecteurs de DC qu’aux néophytes. Derrière l’aspect enfantin des ces gamins , JL8 (8 pour 8 ans) aborde quand même des thèmes adultes  : le statut de la femme dans le monde super héroïque (avec Wonder Woman), devenir un héros en respectant un code de conduite de boy scout, se faire accepter malgré sa différence en tant que “Martian Manhunter”…, et multiplie les références par de nombreux caméos de personnages réels ou issus de la BD : Darkseid (très bon gag, au passage), Julius Schwartz, Neil Gaiman, etc… Ce webcomic vous est donc vivement recommandé malgré sa provenance outre-Atlantique et donc ses textes en anglais, à ce jour non traduits en français.

Au delà de cette série, ajoutons que Yale Stewart suit de près l’actualité et a participé à sa manière à de nombreuses actions pour aider à récolter des fonds ou rendre différents hommages, comme celui rendu aux enfants victimes de la fusillade dans une école primaire dans le Connecticut.

Les liens qui vont bien pour découvrir le travail de l’artiste :

Le lien Tumblr

Le lien FB

Michaël Rocle

Michaël Rocle

Tout aurait pu commencer par une belle journée ensoleillée dans un lieu bucolique rappelant la petite maison dans la prairie avec une jeune fille se vautrant lamentablement dans les prés le sourire aux lèvres mais non... En fait la naissance de Mike se déroule dans la grisaille de la capitale du Champagne par des cris et de la douleur (un signe surement) car il est clair que la vie citadine n'est pas adapté à votre zéro tout comme le spiritueux aux bulles dorées. Bref le bambin ira s'épanouir à la campagne (finalement on retrouve la famille Ingalls) où le sale môme commence à s'intéresser aux comics et mangas.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.