Cinéma Horreur Série TV

Les Contes de la crypte 2-13 : Ma femme est monstrueuse – Rowdy Herrington

contesdelacryptesaison2

Les Contes de la crypte. Saison 2, épisode 13.
Korman’s Kalamity. 1990.
Origine : Etats-Unis
Réalisation : Rowdy Herrington
Avec : Harry Anderson, Cynthia Gibb, Colleen Camp, Austin Straus…

mafemmeestmonstrueuse2 mafemmeestmonstrueuse3

Dessinateur attitré du magazine Les Contes de la crypte, Jim Korman aime son métier. Trop aux yeux de son épouse qui lui reproche de travailler même les samedis. Seulement Jim est en panne d’inspiration en ce moment, et ses illustrations lui prennent plus de temps que prévu. Mais une fois qu’il y parvient, un drôle de phénomène se produit : ses créations se matérialisent en ville, semant peur et désolation.

Après avoir fait de Patrick Swayze l’égal des Stallone, Schwarzenegger et consorts le temps d’un film (Road House, 1989), Rowdy Herrington s’accorde une pause entre deux films d’action pour payer son écot aux Contes de la crypte. La série elle-même marque une pause avec cet épisode ouvertement porté sur l’humour et dont la conclusion est pour une fois dépourvue de toute méchanceté à l’encontre du personnage principal, qui jouit d’une certaine impunité en sa qualité d’illustrateur pour le magazine éponyme. Le gardien de la crypte, qui aurait tort de mordre la main de celui qui le « nourrit », narre cette histoire en toute conscience et se fend pour l’occasion d’une apparition muette et immobile.
En dépit de ce régime de faveur, Jim Korman n’en est pas pour autant un personnage magnifié. Au contraire, il nous est présenté sous son jour le plus veule, son travail lui fournissant l’excuse imparable pour éviter de se retrouver en tête-à-tête avec sa tempétueuse épouse. Cette dernière n’est guère épargnée elle non-plus, dont le côté mégère non-apprivoisée se retrouve exacerbé par le jeu outré de son interprète, Colleen Camp. Un cabotinage éhonté qui s’inscrit pleinement dans la tonalité grand-guignolesque recherchée, et à laquelle se rattachent des monstres aux faciès plus amusants qu’effrayants. Ce bestiaire, limité à trois créatures dont la plus grotesque est sans conteste la Martha monstrueuse, nourrit un récit assez lâche aux effets purement gratuits. Ainsi, si l’origine de ces matérialisations nous est explicitée, imputable aux pilules pour la fertilité que Jim prend contraint et forcé, la question du devenir desdites créatures dans notre monde est balayée d’un revers de main. Les monstres sont là pour faire la blague, rien de plus. Dans le cadre de la première apparition au Lavomatic, ce parti pris se révèle payant. Drôle, la scène l’est, et se double d’un mauvais esprit propre à la série malheureusement absent lors de la seconde apparition – une sorte de mort-vivant qui interrompt une bande de gamins occupés à jouer à la guerre – et surtout lors de la scène finale, conclusion un brin expédiée qui louche vers l’épisode « La Caisse » de l’anthologie Creepshow, sans en égaler la méchanceté. Tout aussi lâche que pouvait l’être Henry Northtrup, Jim Korman n’en est néanmoins pas à imaginer les pires scénarios pour tuer sa femme. Passif à l’excès, il se laisse porter par des événements dont il ne saisit pas vraiment la portée, si ce n’est qu’ils lui ont permis de faire la connaissance de l’agent de police Lorelei Phelps (Cynthia Gibb, déjà présente dans Jack’s back, le premier film de Rowdy Herrington). En sa présence, Jim retrouve un peu de sa légèreté disparue, renouant avec une activité à laquelle il avait depuis longtemps renoncé, la séduction. Et le récit de s’orienter lentement mais sûrement vers la romance niaiseuse avec en point d’orgue ce dernier plan d’un bonheur partagé et quelque peu égoïste, qui jure avec l’ordinaire de la série.

mafemmeestmonstrueuse4 mafemmeestmonstrueuse1

Compte tenu du postulat de départ, Ma Femme est monstrueuse déçoit par son manque de folie. Dans ses meilleurs moments, l’épisode s’avère juste plaisant (jusqu’à la scène du Lavomatic, en fait) pour ensuite sombrer dans une routine lénifiante qui, si elle colle bien à la personnalité du personnage principal, plombe un récit pourtant riche en promesses.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.