Action Cinéma Polar

L’Arme fatale – Richard Donner

arme-fatale-affiche

Lethal Weapon. 1987.
Origine : Etats-Unis
Genre : Buddy movie
Réalisation : Richard Donner
Avec : Mel Gibson, Danny Glover, Gary Busey, Mitchell Ryan…

arme-fatale-detresse arme-fatale-danny-glover-mel-gibson

A tout juste 50 ans, le Sergent Roger Murtaugh aurait souhaité meilleur présent que de devoir faire équipe avec Martin Riggs, un flic aux tendances suicidaires. Un malheur n’arrivant jamais seul, le cas a priori simple de la jeune prostituée défénestrée sur laquelle ils doivent enquêter se révèle plus retors que prévu. Impliquant un groupe de vétérans du Vietnam prêts à tout pour maintenir leur trafic à flots et une ancienne connaissance de Roger, ladite affaire va prendre un tour plus explosif. Les deux policiers vont faire cause commune et se découvrir une réelle complicité.

Forte de quatre films en 11 ans, la saga L’Arme Fatale a longtemps été la figure de proue du buddy-movie triomphant. Déclinée à toutes les sauces depuis le 48 heures de Walter Hill en 1982 (homme-femme, Fatal Beauty de Tom Hollande ; russe-américain, Double détente du persévérant Walter Hill ; visage pâle-indien, Flic et rebelle de Jack Sholder ; humain-extraterrestre, Futur immédiat de Graham Baker), la formule du buddy-movie confirme régulièrement son efficacité comme en attestent quelques succès aussi inattendus que retentissants (les deux Bad Boys, ou encore les trois Rush Hour). La formule a ceci d’avantageux pour les scénaristes paresseux qu’elle ne nécessite pas une myriade de péripéties dans la mesure où celles-ci peuvent très bien se limiter aux seuls antagonismes des deux personnages principaux.

arme-fatale-explosion arme-fatale-echange-fatal

L’Arme fatale ne déroge pas à la règle, lui dont l’intrigue mêlant trafic d’héroïne et vétérans du Vietnam ne brille ni par son inventivité, ni par sa construction. Régulièrement, les deux protagonistes reviennent sur la minceur de leur enquête, un qualificatif qui convient parfaitement au scénario de Shane Black. Finalement, ce n’est pas tant les deux policiers qui se rapprochent de sa résolution, que les mercenaires qui précipitent leur propre chute. Disposant pourtant toujours d’une longueur d’avance, le Général décide subitement de saborder son affaire en s’en prenant bêtement à des agents assermentés, sous le fallacieux prétexte qu’ils pourraient avoir appris le lieu de la transaction. Sachant cela, je ne vois pas ce qui l’aurait empêché d’en changer, plutôt que de risquer de mettre toute la police sur les dents en faisant tuer deux de ses représentants, lesquels auraient très bien pu au préalable en référer à leur supérieur. Pas très subtil, ce Général. A ces grosses ficelles scénaristiques s’ajoute, ce qui est plus problématique, un postulat de départ (confronter un flic prudent et père de famille à une tête brûlée solitaire) qui tourne vite court.
Une fois le générique achevé sur le corps sans vie de cette jolie blonde qui vient de se défenestrer sous nos yeux, les premières scènes s’évertuent à nous présenter les deux forces en présence. Prime à l’ancienneté oblige, nous découvrons en premier lieu Roger Murtaugh dans son environnement familial. Fille aînée au fort potentiel de séduction, femme au foyer aux talents culinaires proches de 0, léger coup de blues du Sergent lié à son âge (50 ans !) ; les principaux éléments sur lesquels s’axeront les futurs développements du personnage sont déjà présents. Le Sergent Murtaugh nous est présenté en bon père de famille, parfois dépassé par le chaos ambiant mais affichant dans la demeure familiale un calme olympien. Mari aimant, père compréhensif, Roger mène une vie équilibrée en tâchant d’éviter que son travail n’empiète sur sa vie privée. Code de conduite que sa rencontre avec Martin Riggs va remettre en question. Par opposition, ce dernier nous est présenté comme vivant seul dans une caravane (symbole de son instabilité), dans un laisser-aller total (il ne sacrifie pas au rituel du petit-déjeuner, préférant la bière au café) et sans joie de vivre. Les seules marques d’affection qu’il obtient viennent de son chien, et encore sont-elles générées par la faim. En outre, son premier fait d’armes nous le montre rapide à la détente, ne rechignant pas à tirer pour tuer, et peu sensible au danger. Une insolente assurance qui tranche avec la détresse affichée lorsque à nouveau seul le soir, il hésite à se tirer une balle dans la tête en pleurant sur la photo de son bonheur conjugal disparu (sa femme est morte dans un accident de voiture). De cette dichotomie naît son caractère imprévisible, et d’autant plus dangereux lorsqu’il doit faire équipe avec quelqu’un. Pourtant, si Roger Murtaugh risquera sa peau, ce ne sera jamais à cause de son impétueux partenaire. Au contraire, ce dernier lui sauvera la vie, faisant ainsi disparaître les dernières réserves que Murtaugh pouvait avoir sur son nouveau coéquipier. De fait, leur antagonisme initial, fruit d’a priori, ne durera que le temps d’une scène (une discussion houleuse lors de laquelle Murtaugh se rendra vite compte que Riggs ne craint pas la mort) pour laisser place à une plate rivalité entre potes à base de « regarde quel bon tireur je suis !« . Nous sommes à des lieues du duo occasionnel composé de deux personnages que tout oppose mais qui doivent faire front commun pour triompher de l’adversité à un instant T, celui-ci étant appelé à durer. Martin Riggs n’est plus seulement le partenaire de Roger Murtaugh, il devient en un coup de cuiller à pot un ami, voire même un membre de la famille à part entière. Oubliée sa profonde détresse, celle-ci s’effaçant comme par enchantement dès qu’il franchit le seuil de la demeure familiale des Murtaugh. Sur ce point, la version director’s cut en montre un peu plus long. Juste après le premier dîner passé en compagnie de Roger et sa famille, Martin s’arrête sur le chemin du retour pour prendre à son bord une prostituée. Pas pour l’honorer, elle n’a que 16 ans (quoique à partir de là, on puisse tout imaginer), mais pour s’offrir de la compagnie. Désespérément seul, Riggs en est réduit à s’acheter les services d’une prostituée pour combler sa solitude. Voir cela dans un film grand public relevait de l’inédit, et cela peut expliquer que cette scène n’ait pas survécu à la salle de montage. Elle laissait planer trop d’ambiguïté autour d’un personnage qui devait se présenter comme le héros de l’histoire. Ce n’est d’ailleurs pas la seule scène inédite disponible dans cette nouvelle version. Toutefois, les autres ne font que souligner des points déjà visibles dans la version cinéma. Ainsi, nous apprend t-elle plus tôt que Martin Riggs est veuf, et son tempérament suicidaire transparaît lors d’une intervention plus violente à l’encontre d’un tireur fou barricadé dans une école. Côté Murtaugh, une scène s’attarde sur sa main moins sûre lors d’un entraînement au tir, prise d’un tremblement qu’il parvient à circonscrire. Disons que cette version, dont j’ignore si elle s’est substituée à l’autre dans le commerce, mettait un peu plus l’accent sur leur vulnérabilité. Cependant, cela ne change pas foncièrement la donne, L’Arme fatale s’apparentant surtout à un film d’action porté par un duo fort en gueule dont le moindre souci se règle avec une bonne tape dans le dos, au terme d’une belle fusillade. Un pur produit de son époque en somme, qui n’hésite pas à puiser dans l’histoire récente du pays pour se constituer une trame sur mesure.
A leur manière, Roger Murtaugh et Martin Riggs sont des survivants. Tous deux ont participé à la guerre du Vietnam et en sont revenus sains et saufs. Les horreurs de la guerre n’ont empêché ni l’un ni l’autre de trouver un équilibre avec femme (les deux) et enfants (l’aîné). Omniprésent durant les années 80, ce conflit a nourri le background de bon nombre de personnages du cinéma américain. A tel point que cela a rapidement confiné au procédé, détourné d’ailleurs de manière humoristique dans Piège de cristal, lorsque le plus jeune des agents Johnson oppose un « J’sais pas, connard ! Moi, j’étais au lycée ! » à son aîné en transe, partageant avec lui ses souvenirs de vétéran. Parfois synonyme de cicatrices mal refermées dans la lignée de Rambo, la guerre du Vietnam est surtout utilisée pour enrichir les personnages concernés d’une aura de dur à cuire. C’est encore le cas en ce qui concerne L’Arme fatale, et particulièrement avec Martin Riggs dont les fêlures sont liées à sa vie civile, non pas à son passif de soldat d’élite. C’est l’armée qui en a fait l’arme fatale vantée par le titre du film, un homme aussi dangereux armé qu’à mains nues. Une bête de guerre lâchée dans les rues de Los Angeles mais qui, munie d’une plaque de policier, se sent investie d’une mission. Sa guerre, c’est le crime, et cette guerre-là, il compte bien la gagner. D’ailleurs, il le dit lui-même : s’il ne s’est toujours pas fait sauter le caisson malgré une folle envie, c’est à cause de son job. A posteriori, on pourrait donc sans problème lui accoler l’accroche présente sur l’affiche de Justice Sauvage avec Steven Seagal (1991) : « Il est flic. C’est un sale boulot… Mais il faut bien que quelqu’un se charge de nettoyer la ville ». Face à d’anciens barbouzes, il fait montre d’une efficacité à toute épreuve, s’offrant même le luxe de régler ses différends à l’ancienne : un duel d’homme à homme avec M. Joshua (l’imposant Gary Busey, quelque peu sacrifié ici). Plutôt saugrenu sur le papier –l’homme de main vient d’abattre deux flics, et on se demande bien pourquoi tuer Murtaugh devient une affaire personnelle alors qu’il serait plus logique qu’il essaie de quitter le pays–, ce combat souffre en outre d’un mauvais découpage et de ralentis disgracieux. Une touche finale particulièrement malvenue pour un film d’action.

arme-fatale-en-action arme-fatale-les-deux-font-la-paire

Richard Donner est un réalisateur comblé et chanceux. En dépit de qualités formelles assez moyennes, ses films réussissent presque à chaque fois à se faire une place au soleil. Après Les Goonies, film pour gosses par excellence, il réussit le banco avec L’Arme fatale, film d’action vieillissant et paresseux mais au capital sympathie presque intact. Pour les comédiens, ce film fut aussi une sacré aubaine, à commencer par Mel Gibson qui après Mad Max, au-delà du dôme du tonnerre, trait d’union entre sa carrière australienne et nord américaine, a durablement assis son statut d’acteur qui compte à Hollywood.

Laisser un commentaire