Des monstres attaquent la ville – Gordon Douglas

Them !. 1954.

Origine : États-Unis
Genre : Mutation
Réalisation : Gordon Douglas
Avec : James Whitmore, Edmund Gwenn, Joan Weldon, James Arness, Onslow Stevens, Sandy Descher.

Alors qu’ils patrouillent dans les contrées désertiques du Nouveau-Mexique, le Sergent Ben Peterson et l’agent Ed Blackburn croisent la route d’une enfant, errant l’air hagard. En état de choc, la gamine reste mutique. Afin d’en savoir plus sur son identité, les deux policiers se rendent d’abord à un mobile-home sis en bordure de la route, qu’ils avaient repéré tantôt, puis chez un commerçant isolé. Dans les deux cas, un spectacle de désolation s’offre à eux avec en prime, des traces fraîches de sang, un cadavre et de curieuses empreintes. La diffusion de celles-ci entraîne la venue des docteurs Harold et Patricia Medford, deux brillants entomologistes. Et leurs conclusions sont sans appel : il s’agit de fourmis à la taille démesurée dont le soudain gigantisme découle des essais nucléaires effectués dans la région en 1945. Compte tenu de leur rapide prolifération, il convient d’agir vite et bien afin d’endiguer ce fléau à la portée inédite.

En 1953, alors que le monde se divise en deux blocs à cause de la Guerre Froide, Eugène Lourié illustre de manière originale les fâcheuses conséquences d’essais nucléaires conduits au-delà du cercle Arctique. Dans Le Monstre des temps perdus, une créature gigantesque endormie sous la glace depuis 100 millions d’années se réveille en sursaut et, l’esprit chafouin, s’en va semer chaos et désolation à Manhattan. Ce film marque les débuts d’une nouvelle tendance au sein du cinéma de science-fiction, la mise en garde contre les dangers du nucléaire. Dès l’année suivante, c’est au tour d’un autre monstre antédiluvien d’être brusquement sorti du sommeil au large des côtes japonaises, le célébrissime Godzilla. Aux États-Unis, Gordon Douglas prend un autre parti. Vieux briscard d’Hollywood rompu à tous les genres, il lui revient d’essuyer les plâtres dans le domaine de l’insecte mutant. Et pour cette grande première, le choix se porte sur la fourmi. Pour étonnant que puisse paraître ce choix – rares sont ceux qui craignent les fourmis au contraire des araignées, lesquelles ne tarderont pas à occuper le haut de l’affiche (Tarantula ! de Jack Arnold, 1955) – il répond à une logique de sidération. Que des insectes à la taille si insignifiante d’ordinaire puissent devenir de véritables machines à tuer suite à une trop intense exposition aux radiations en dit long sur les dangers du nuclaire.

A l’ère du tout numérique, se replonger dans le cinéma de science-fiction des années 50 peut occasionner quelques moqueries faciles quant à l’appréciation des effets spéciaux. Alors que la plupart des films qui suivront dans le domaine de la mutation insectoïde opteront pour des ffets de transparence ou l’utilisation de marionnettes, Des Monstres attaquent la ville se singularise par ses fourmis géantes construites à l’échelle. Ralph Hayers et son équipe ont abattu un travail colossal permettant aux acteurs de réellement interagir avec les fourmis pour un résultat d’une belle efficacité, notamment lors de leur première apparition. Un travail justement salué par une nomination à l’Oscar des meilleurs effets spéciaux, trophée qui leur passera néanmoins sous le nez au profit de ceux de 20000 lieues sous les mers. Autre singularité pour l’époque, l’absence de stock-shots lors des divers déploiements militaires afin de débusquer les insectes. Un grand sérieux préside à l’ensemble, lequel ne va pas sans une certaine solennité au moment de la conclusion. Là où tout un pan du cinéma de science-fiction de l’époque usait des invasions extraterrestres à de viles fins propagandistes en maintenant le spectateur dans la crainte de l’autre (comprendre, le communiste), des films comme celui-ci nous invitent au contraire à davantage d’introspection. En somme, avant d’accuser l’autre de tous les maux, il convient d’abord de nous pencher sur nos propres manquements et erreurs. L’arme atomique est bien trop puissante et dangereuse pour s’en servir de manière aussi inconsidérée. Un discours plutôt audacieux pour l’époque qui n’aura pas eu les effets escomptés dans l’opinion sans que cela nuise pour autant à la bonne réception de ces films auprès du public.
Avant d’être un film à thèse, Des monstres attaquent la ville se présente sous la forme d’un solide divertissement. Et si le titre s’avère mensonger – les fourmis se cachent dans les égouts de Los Angeles mais n’ont pas l’occasion d’investir la surface – Gordon Douglas connaît suffisamment son métier pour que la déception ne l’emporte pas. Intelligemment construit, le récit ménage le suspense durant sa première partie. “Les scènes de crime” se multiplient pour autant de questions soulevées jusqu’à la mort hors-champ de l’agent Blackburn dont les cris sont étouffés par la stridence de sons étrangers. L’utilisation du mutisme de l’enfant participe de cette montée en tension lorsqu’il se brise sous l’effet de vapeurs d’acide formique en une litanie effrayante d’un seul et unique mot « Them ! ». Dès lors, les grands moyens sont employés. Le danger longtemps improbable prend corps et s’envole avec lui tout questionnement inutile. Il convient d’éradiquer au plus vite ce fléau d’un genre nouveau, non sans prévenir au préalable la population dont on contient l’indiscipline chronique en décrétant la loi martiale. Dans ce flot ininterrompu de traques et d’action, les personnages principaux demeurent prisonniers d’une caractérisation sommaire. On en dénombre quatre. Tout d’abord le Sergent Peterson, prototype même du bon flic, prévenant et compréhensif. Il porte comme une croix la mort de Blackburn dont il assume l’entière responsabilité. Même lorsque l’armée prend logiquement le relais, il occupe une place de choix dans la chasse aux fourmis. Rapidement, on lui adjoint l’agent de la C.I.A. Robert Graham, grand échalas (James Arness, 1m99 sous la toise, interprète de la créature dans La Chose d’un autre monde) avec lequel il est sur la même longueur d’onde. Plus en retrait, on lui devine un début d’idylle avec le Dr. Patricia Medford. Cette dernière, dans l’ombre de son père, disparaît peu à peu au fil du récit alors que son entrée en matière lui promettait un rôle plus conséquent. Au moins le scénario lui fait-il grâce d’incarner les demoiselles en détresse. Enfin, reste le Dr. Medford père. Un entomologiste au comportement parfois déconcertant, qui n’est pas sans évoquer par moment quelques savants fous, mais à l’expertise d’une grande justesse. C’est à lui que revient le mot de la fin, lequel prend valeur de morale.

Des monstres attaquent la ville marque une date importante du cinéma de science-fiction américain. Il pose brillamment les bases d’un sous-genre à part entière sans pour autant récolter les lauriers qui lui seraient dus. Sous son gigantisme inédit, la menace du film n’en demeure pas moins une fourmi, insecte trop commun pour marquer les mémoires au contraire d’un Godzilla, immédiatement mémorable par sa puissance dévastatrice – qu’il met en pratique – et par l’évocation de ces temps immémoriaux où l’homme n’avait pas encore souillé la Terre de son empreinte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.