Cinéma Horreur Série TV

Les Contes de la crypte 2-18 : Le Secret – Michael Riva

contesdelacryptesaison2

Les Contes de la crypte. Saison 2, épisode 18.
The Secret. 1990.
Origine : Etats-Unis
Réalisation : Michael Riva
Avec : Mike Simmrin, Larry Drake, Grace Zabriskie, William Frankfather…

secret1 secret2

Théodore vit dans un orphelinat depuis que ses parents sont décédés lors d’un accident de voiture. Miss Hagstead désespère de le placer dans une famille d’accueil, d’autant qu’il a dépassé depuis longtemps l’âge limite de placement en famille d’adoption. Mais un beau jour, les Colbert se prennent d’affection pour lui et l’accueillent dans leur immense demeure. Là, Théodore vit un rêve éveillé, disposant de plein de jouets et de tous les gâteaux qu’il désire. Seul bémol, mais de taille, les Colbert le maintiennent enfermé dans sa chambre, le privant de tout contact avec l’extérieur hormis leur majordome, le dévoué Tobias.

Au petit jeu qui consiste à savoir par quel biais le réalisateur de l’épisode du jour est arrivé sur la série, la réponse se résume à un nom : Richard Donner. On retrouve effectivement le nom de Michael Riva au générique de quelques-uns des films du réalisateur (Les Goonies, L’Arme fatale 1 et 2, Fantômes en fête) en qualité de chef décorateur. Le Secret est à ce jour sa deuxième et dernière réalisation, son expérience inaugurale datant de 1986 avec Mémoire éternelle, douzième épisode de la deuxième saison des Histoires fantastiques. D’ailleurs, la majeure partie du Secret n’aurait pas dépareillé dans la série chapeautée par Steven Spielberg, se distinguant essentiellement par son final qui convoque quelques unes des plus grandes figures du genre horrifique.
Comme l’indique malicieusement le gardien de la crypte en préambule, le postulat de départ invoque la figure tutélaire de Charles Dickens. Avec son jeune héros trop vieux pour être adopté, et injustement détesté par la directrice de l’orphelinat, l’acariâtre Miss Hagstead, Le Secret semble vouloir dresser un portrait guère réjouissant de ses enfants délaissés, tributaires du bon vouloir d’adultes en mal d’enfant. Or il en prend le parfait contre-pied, Théodore ne désirant pas quitter l’orphelinat. Du haut de sa petite douzaine d’années, il s’y sent comme chez lui. Au moins à l’orphelinat dispose t-il toujours de quelqu’un pour jouer avec lui, et si Miss Hagstead fait preuve de défiance envers lui, la présence bienveillante de Miss Heather compense allégrement, d’autant que la jeune femme n’est jamais la dernière pour participer à leurs jeux enfantins. De fait, il vit comme une injustice de devoir quitter l’orphelinat pour vivre avec les Colbert, un couple d’excentriques qui habite une immense demeure sise au milieu d’un vaste parc. D’autant que Miss Hagstead ne lui a pas demandé son avis, trop contente de se débarrasser d’un « poids mort », et se souciant comme d’une guigne de savoir si les Colbert feront effectivement de bons parents, aimants et attentionnés. Allez vous étonner que le gamin tourne mal, après ça ! Heureusement pour les Colbert, ils trouvent en l’émerveillement enfantin un solide allié. Subjugué par l’opulence de jouets qui jonchent le sol de sa chambre (dont un train électrique !), Théodore a tôt fait d’oublier l’orphelinat et ses occupants. Le récit amorce alors un léger virage, prenant les allures d’un conte. Ce garçonnet enfermé à double tour dans sa chambre et nourri exclusivement de pâtisseries s’impose à nous comme un lointain cousin d’Hansel et Gretel. Le secret du titre a donc trait à ce qui se trame derrière la porte de sa chambre entre les époux Colbert, toujours aussi étranges et distants vis-à-vis de leur « fils ». Le pot aux roses n’est pas difficile à deviner. De fait, le temps s’étire lorsque le récit s’attarde sur le morne quotidien de Théodore, entre jeux et sucreries. Heureusement, à l’instar de Théodore, les visites de Tobias viennent quelque peu égayer ces moments. Hier psychopathe grimé en Père-Noël (Nuit de Noël pour femme adultère, saison 1 épisode 2), aujourd’hui majordome bonne pâte, Larry Drake passe du coq à l’âne avec délice, expurgeant son personnage de toute ambiguïté déplacée. Il y a certaines horreurs que Les Contes de la crypte se refusent à aborder.

secret3 secret4

Sans être foncièrement désagréable, Le Secret clôt cette seconde saison sur une note un peu trop gentillette. La surprise finale d’un secret à tiroir pêche par des maquillages approximatifs qui entraînent l’épisode à la lisière du ridicule. Néanmoins, et en dépit de cette fin de saison en demi teinte, la seconde fournée des Contes de la crypte confirme les promesses de la première saison.

Laisser un commentaire