Action Cinéma Thriller

Osterman week-end – Sam Peckinpah

osterman-weekend-affiche

The Osterman week-end. 1983.
Origine : Etats-Unis
Genre : Espionnage
Réalisation : Sam Peckinpah
Avec : Rutger Hauer, John Hurt, Craig T. Nelson, Chris Sarandon…


John Tanner (Rutger Hauer) est un journaliste télévisé auquel tout souri. Son émission -Face à face- est un franc succès, et lui permet de dire leurs quatre vérités aux grands de ce monde par duplex, bien à l’abri dans son studio. En privé, il mène une existence heureuse en compagnie de son épouse et de leur fils dans une somptueuse propriété où règne un calme idyllique. Une fois par an, il retrouve ses trois amis d’enfance -Bernard Osterman (Craig T. Nelson), Joseph Cardone (Chris Sarandon) et Richard Tremayne (Dennis Hopper)- lors d’un week-end entièrement dédié à leurs souvenirs communs et à la création de nouveaux dans la joie et la bonne humeur. Or cette année, leur week-end s’annonce sous de mauvais auspices. Lawrence Fassett (John Hurt), un agent de la CIA, a informé John des accointances plutôt prononcées de ses trois amis avec un agent du KGB. Preuves à l’appui, Fassett convainc John de la félonie de ses amis et, dans le but de les percer à jour, lui demande de l’aider à les piéger. D’abord hésitant, John accepte de lui prêter main forte. Dès lors, sa maison se retrouve infestée de caméras de surveillance, devenant un studio gigantesque au service de la sécurité de la mère patrie.

osterman-weekend-rutger-hauer osterman-weekend-archives

Lorsque Sam Peckinpah se lance dans cette adaptation d’un célèbre ouvrage du maître de l’espionnage Robert Ludlum, il est au bout du rouleau. Il n’a plus rien réalisé depuis Le Convoi (1977), tournage qui lui a encore valu une détestable réputation, de laquelle découle cette longue période d’inactivité, tout juste interrompue par la direction de la seconde équipe sur La Flambeuse de Las Vegas que lui confie Don Siegel en 1981. Profitant du désoeuvrement dans lequel il se trouve, les producteurs l’engagent pour ses seuls talents de réalisateur, lui interdisant formellement de réécrire le scénario à sa guise. Sam Peckinpah se retrouve sur le tournage nanti d’une distribution luxueuse (Rutger Hauer, Craig T. Nelson, John Hurt, Dennis Hopper, Chris Sarandon et, cerise sur le gâteau, Burt Lancaster) mais dépourvue de tous ses fidèles. A première vue, Osterman week-end revêt tous les aspects du film de commande aux liens de parenté peu évidents avec le reste de l’œuvre du cinéaste. Pourtant, et sans doute aussi parce qu’en éternel réfractaire à l’autorité il a tenté de plier le script à son style, Osterman week-end contient quelques éléments chers au cinéaste, au point d’ôter cette étiquette de vilain petit canard qu’on pourrait trop hâtivement accoler au film, bien qu’il soit à des coudées de ses plus grandes réalisations.

Avec Osterman week-end, Sam Peckinpah se confronte pour la première fois au contexte de la Guerre froide. Pour autant, le film ne se borne pas à faire des soviétiques les grands méchants de l’histoire, ni à dépeindre une Amérique triomphante sortant victorieuse de son bras de fer avec l’URSS. Ici, les Soviétiques ne servent que d’alibis pratiques pour la mise en place de l’intrigue. Tout le film joue sur cette peur tacite du péril rouge, une peur qui suffit à exhorter le sentiment patriotique de tout un chacun pour peu qu’on tire les bonnes ficelles. Et question manipulation, Lawrence Fassett en connaît un rayon. Agent de terrain de la CIA, il est à l’origine de toute l’opération qui vise à démanteler le réseau Omega -lié au KGB- et dont les trois meilleurs amis de John Tanner font partie. Toujours en quête de la vérité, chantre de la démocratie et de la justice, John Tanner apparaît comme le candidat idéal pour que l’opération soit couronnée de succès. Tout ami des trois hommes susdits qu’il est, Lawrence Fassett n’ignore pas que John Tanner acceptera sa proposition du fait du choc ressenti en apprenant les activités de ses amis et de sa fibre patriotique. John Tanner devient alors l’égal d’un Deke Thornton (La Horde sauvage) ou d’un Pat Garrett (Pat Garrett et Billy le Kid) dans la posture inconfortable du félon qui se retourne contre ses amis. Toutefois, John Tanner se différencie de ses illustres aînés du fait de sa totale absence de doute. D’abord réticent à l’idée d’œuvrer contre ses amis, il devient rapidement très concerné et motivé dès lors qu’il a pris connaissance des preuves présentées comme irréfutables concernant la culpabilité de ses amis, et la menace éventuelle qu’ils font peser sur le pays. Lui, le journaliste de télévision qui devrait être rompu au pouvoir des images, balaie d’un revers de main de longues années d’amitié sur la seule foi d’images enregistrées. En filigrane se dessine le portrait d’un homme imbu de lui-même (une fois rentré chez lui, il regarde attentivement l’enregistrement de son émission), qui croit tellement en son média qu’il ne lui viendrait jamais à l’idée de le remettre en question. Sa position de présentateur vedette allié à son style percutant et rentre-dedans en font quelqu’un de redoutable et de redouté. Il le sait et s’en enorgueillit. Il est fier de l’image d’homme droit et de grand pourfendeur des mensonges d’Etat qu’il donne aux téléspectateurs, fier de son travail qui lui confère tant de pouvoir.

osterman-weekend-vieux-copains osterman-weekend-vieux-contentieux

Jusqu’alors, Sam Peckinpah s’était le plus souvent intéressé à des hors la loi ou à des personnages de perdants magnifiques pour lesquels il entretenait une véritable affection qui transparaissait au travers de sa manière de les filmer. On ne retrouve rien de tout ça ici, pour la bonne et simple raison que tous les protagonistes du film sont issus d’un monde dans lequel il ne se reconnaît plus. Il n’a aucune attache avec tous ces nouveaux riches qui n’ont d’autre souci que celui de s’enrichir encore davantage. Des quatre amis, seul Bernie Osterman parvient à attirer la sympathie, sans doute parce qu’il est celui qui joue le plus franc jeu. D’ailleurs, il est le seul des trois à savoir garder son calme lorsque John, téléguidé par Fassett, les place face à leurs manigances. De lui émane une grande assurance assortie d’un calme olympien. Il assume ses actes et, par-dessus tout, ne remet jamais son amitié pour John en doute. Quand on connaît l’importance que revêt l’amitié dans l’œuvre de Peckinpah, on a tôt fait de comprendre pourquoi notre préférence va à Bernie. Paradoxalement, alors qu’il ne maîtrise pas toutes les règles du jeu, c’est lui plus que John qui semble dominer les débats. John pêche par excès de confiance, tout à la joie d’être investi d’une mission d’intérêt national. Pour une fois, il prend plaisir à se retrouver de l’autre côté des caméras, appréciant de plus en plus l’impunité qu’elles lui offrent de s’inviter dans l’intimité de ses amis, en quête de leur moindre faux pas. Toutefois, ce nouveau rôle à un prix, celui de la défiance qui viendra d’abord, et en toute logique, de ses amis puis, ce qui est bien plus douloureux pour lui, de son épouse. Sam Peckinpah nous régale de son savoir-faire dans l’art de faire monter la tension. A chaque repas réunissant les quatre amis et leurs compagnes, pointe la menace sourde d’une explosion de violence, qui s’avérerait d’autant plus destructrice qu’elle toucherait au lien quasi fraternel qui lie les quatre hommes. Cependant, ces quatre là brillent par leur faiblesse qui confine pour certain -Richard Tremayne en tête- à l’effacement. Du coup, une fois n’est pas coutume, le réalisateur s’en remet aux femmes qui elles, n’hésitent pas à se dire leurs quatre vérités en face. Curieusement, ce sont lors de ces scènes de repas (ou de jeux aquatiques) qu’on retrouve intact le style percutant de Sam Peckinpah, alors que lors des scènes d’action à proprement dites, il a plus l’air de se singer, distillant ses ralentis un peu à la va comme je te pousse, sans que ceux-ci n’ajoutent du relief à ces scènes désespérément plates. Une perte de flamboyance qui, si elle trahit sa grande lassitude, s’explique également par une histoire qui ne se prête guère aux scènes spectaculaires.

osterman-weekend-pot-aux-roses osterman-weekend-tension

Osterman week-end est un immense jeu de dupes doublé d’un cruel jeu de massacre. Tout le monde se ment et cherche à manipuler l’autre. Le film repose entièrement sur les faux semblants, décrivant un monde dans lequel les images occupent désormais une place prépondérante dans la vie de chacun. John Tanner, qui vit par et pour l’image, ne voit aucun inconvénient à ce que toute sa maison soit truffée de caméras. C’est comme s’il travaillait à domicile. Par contre, il ne s’interroge jamais sur la teneur même des images, plaçant plus volontiers sa confiance en elles qu’en la parole de ses amis. Ainsi, c’est sur la seule foi d’images incriminant ses amis qu’il se lancera dans cette opération, comme c’est à nouveau en voyant ces mêmes images dénuées de tout montage qu’il comprendra son erreur. Sam Peckinpah dresse un constat effrayant d’une société qui ne prend aucun recul avec ce qu’elle voit, considérant comme paroles d’évangiles tout ce qui provient du petit écran. Venant d’un professionnel de la télévision, cette attitude peut paraître étrange, voire impensable. Pourtant, elle s’inscrit parfaitement dans la logique du personnage de John Tanner qui base tout son travail sur la recherche de la vérité, et qui ne peut concevoir que la télévision puisse colporter des mensonges, puisque lui s’en sert pour jouer les chevaliers blancs. Or, Fassett lui aura prouver le contraire en le confrontant à toute la puissance manipulatrice de ce médium ô combien néfaste lorsqu’il se retrouve utilisé à de mauvaises fins. Finalement, cet homme à la limite de l’arrogance s’avère être le dindon d’une farce particulièrement difficile à digérer pour lui qui a ni plus ni moins contribué à la destruction de son petit univers. Quant à Lawrence Fassett, dont le bonheur conjugal a été sacrifié sur l’autel d’intérêts politiques, il tient à la fois le rôle de bourreau et celui de condamné. De par son métier, il laisse peu paraître la nature de ses sentiments, gardant en toute circonstance un air impavide et détaché. Pourtant, c’est un homme qui a beaucoup souffert, et sans doute bien davantage lorsqu’il a appris la vérité concernant la mort de sa femme. C’est alors tout ce dont il croyait qui a soudain volé en éclat. Quelque part, lui aussi a pêché par ingénuité, ne découvrant que tardivement la nature profonde de son métier, et la prépondérance du mensonge au cœur de celui-ci. Dans son plan machiavélique, John Tanner devait jouer le rôle de relais, de lui devait découler la vérité. Or en le manipulant outrageusement, Lawrence Fassett a brisé ses plus vives croyances, il a détruit la foi qui l’animait, ce qui amène à ce constat d’échec sur lequel se clôt le film. John Tanner n’utilise plus la télévision qu’à des fins personnels, et se fiche bien des révélations de Fassett et de l’impact qu’elles pourraient avoir. Pis, il nie désormais toute importance à ce médium, et met en garde son public contre son pouvoir de nuisance, minimisant par là même son propre rôle et jouant le jeu des puissants, tel Maxwell Danforth. Les hommes de ce calibre garderont toujours les mains propres, car ils savent mieux que quiconque se préserver des éclaboussures. En d’autres temps, Sam Peckinpah n’aurait jamais laissé son personnage principal accepter une chose pareille, quitte à se sacrifier pour la cause à laquelle il croit. Rien de tout ça ici. Pour John Tanner rien ne compte plus que son petit confort et son bonheur familial. Il n’a pas de fierté, et Sam Peckinpah n’a plus la force de se montrer aussi virulent que par le passé.

Dernier film de son auteur, Osterman week-end est aussi son film le plus austère et le plus déshumanisé. Sam Peckinpah faisait figure d’anachronisme dans ces années 80 tape à l’œil et impersonnelles. Et Osterman week-end de symboliser le renoncement d’un homme qui n’avait de toute façon plus la force de lutter.

Laisser un commentaire