Hansel & Gretel : Witch Hunters – Tommy Wirkola

Hansel & Gretel : Witch Hunters. 2013

Origine : États-Unis
Genre : Horreur hype
Réalisation : Tommy Wirkola
Avec : Jeremy Renner, Gemma Arterton, Famke Janssen, Pihla Viitala…

Suite aux nombreuses révisions du conte des frères Grimm, il est de coutume de croire que Hansel et Gretel aient fini par retrouver leur père, qui ne les aurait abandonnés dans la forêt de la sorcière qu’à l’instigation de l’infâme marâtre. La réalité est toute autre : après avoir réussi à rôtir l’infâme sorcière dans le fourneau qu’elle leur réservait, les deux innocents bambins sont devenus de redoutables chasseurs de sorcières. Ils en sont restés à l’incompréhensible abandon de leurs parents légitimes, se promettant de ne plus évoquer entre eux ce douloureux épisode fondateur. C’est en qualité de leur renommée professionnelle qu’ils sont embauchés par le maire d’Augsburg, lassé par les rapts d’enfants du cru et par les hâtives et vaines arrestations ordonnées par son shérif. Sur place, Hansel et Gretel en viennent vite à l’évidence : ici sévit une sorcière bien plus puissante que le commun de ses semblables. La prochaine lune de sang laisse augurer d’un sale coup restant à mettre à jour.

Difficile d’en retracer l’origine, mais le cinéma fantastique semble être décidément bien attiré par les contes et légendes, ces temps-ci. Peut-être que le succès du Seigneur des anneaux de Peter Jackson a poussé les producteurs à se pencher sur le vaste patrimoine de la fantasy au sens large, ou peut-être que l’origine vient d’ailleurs (cette obsession de remettre au goût du jour des matériaux anciens), mais toujours est-il que revisiter les grands classiques de la littérature fantastique jeunesse est devenu fréquent depuis le début du siècle. Alice au pays des merveilles et sa séquelle De l’autre côté du miroir, Blanche-Neige et le chasseur, le Cendrillon de Kenneth Brannagh, Le Monde fantastique d’Oz, voici quelques-unes des nombreuses occurrences “contes et légendes” exploitées par les studios, gros ou petits, dans ces dernières années. Et ne parlons pas des films d’animation… Bref, compte tenu de la nature fantastique de ces contes, le mouvement ne pouvait pas échapper au cinéma d’épouvante. D’ailleurs celui-ci aurait même pu être le premier concerné puisque les versions actuellement admises de ces récits ne sont que des versions allégées des “vieux” contes romantiques qui étaient généralement bien plus noirs et cruels. D’où l’on peut se questionner sur les attentes du public jeunesse d’antan et du public jeunesse de maintenant, ou plus exactement sur ce que les producteurs ont envie de leur soumettre…

Enfin bon, voici donc une sorte de séquelle du Hansel et Gretel popularisé par les frères Grimm. Une initiative du réalisateur norvégien Tommy Wirkola, invité à se rendre aux États-Unis suite au succès de Dead Snow, sa comédie horrifique à base de nazis zombies. Comme beaucoup de productions du même acabit, le but que se fixe le réalisateur est moins de rendre hommage au conte dont il s’inspire (ici résumé dans le prologue) que d’en extraire une matière première façonnée selon l’air du temps et enrichie par de divers approfondissements que personne ne demandait. En clair, Hansel et Gretel : Witch Hunters se veut un film d’horreur grassement mâtiné d’action, appuyé sur un scénario assez léger, si ce n’est trivial. Le tout avec une évidente décontraction confinant parfois à l’humour, en appelant bien entendu à un public jeune qui aura vite fait de se retrouver en terrain connu. C’est que les sorcières proliférant autour d’Augsburg ne sont pas sans évoquer les figures à la mode que sont les démons à la sauce Evil Dead : des sortes de zombies énervés, à l’allure bien décrépite, et promptes à la répartie cinglante. Bien sûr, elles discutent un peu de maléfices divers, chevauchent des balais et kidnappent les enfants, mais tout cela est loin d’être suffisant pour en faire des créatures inédites aptes à s’inscrire à part entière dans le panthéon du bestiaire horrifique. Zombies, infectés, voire vampires (ceux de Stake Land par exemple) et donc ces sorcières-là : toutes ces figures sont désormais coulées dans le même moule, occupant la place que les tueurs masqués tenait à l’ère des slashers. A la tête de cette petite troupe de sorcières figure Muriel et sa capacité de se donner l’apparence d’une jolie ténébreuse, manipulatrice en diable, ce qui la place tout de suite au dessus de ses subordonnées incapables de la moindre subtilité. Outre qu’il aurait pu en profiter pour exploiter les derniers feux de Famke Janssen avant qu’elle ne s’adonne au botox, Wirkola aurait pu exploiter son personnage pour donner un peu de malignité à son film… Mais non, son penchant pour le bourrin l’amène à préférer la Muriel “démonisée”, l’autre ne servant en gros qu’à donner des explications permettant de faire avancer l’intrigue. Il en va de même pour toutes les bribes d’enjeu dramatique qui trouvent leurs racines dans l’abandon de Hansel et Gretel lors de leur prime jeunesse. Prenant au passage quelques libertés avec le récit des frères Grimm (mais il est vrai que le destin des contes est d’évoluer au fil du temps… bien pratique), Wirkola invente donc une justification ex nihilo pour cet abandon qui n’est plus le seul fait d’une vilaine marâtre mais qui s’explique par un tour de passe-passe permettant de relier l’histoire personnelle d’Hansel et Gretel au sale coup préparé par Muriel et ses ouailles. Cela implique une peu palpitante histoire de sorcière blanche s’opposant aux sorcières noire par une nuit de lune de sang etc etc… Juste histoire de dire que le film raconte quelque chose.

Puisque Wirkola est bien décidé à ôter son film de la tradition du conte romantique dont il est issu, jugeons donc son travail sur ce qu’il propose : l’action horrifique. Là, en revanche, il ne minaude pas… Grosses pétoires et effusions de sang sont au menu plus souvent qu’à leur tour, ce qui au moins est en phase avec la grossière caractérisation des personnages. Il n’y a pas que les sorcières qui en fassent des tonnes : Hansel et Gretel ne sont pas en reste. Bien qu’il tente de les rendre plus humains en leur collant à chacun une petite amourette et en s’attardant vaguement sur leurs interrogations vis à vis de leur enfance, le réalisateur en fait surtout de lourdes icônes d’action aimant prendre la pose et ne se laissant pas impressionner par qui que se soit, sorcières ou shériff du patelin, lequel voit d’un mauvais œil l’arrivée de ces deux légendes marchant sur ses plates bandes. Tout est donc fait pour que les deux personnages principaux, jeunes, cools et pimpants emportent l’adhésion du public… Le prix à payer en est qu’ils paraissent bien factices, en conséquence de quoi il est difficile de s’intéresser à eux. Ils semblent ainsi conçus pour faciliter la tâche des commerciaux, qui n’auront qu’à se baisser pour ramasser à la louche des images vendeuses. Comme on peut s’y attendre, pour aller avec ce style, Wirkola a recours a une mise en scène pour le moins tonique, qui profite du cadre forestier et des sorcières fonçant à toute blinde sur leurs balais pour singer avec outrance les travelings “motorisés” du Evil Dead de Sam Raimi (référence incontournable du cinéma d’horreur contemporain). Tape à l’œil il va sans dire, mais pas novateur pour un sou. C’est globalement le bilan que l’on peut tirer de ce Hansel & Gretel : Witch Hunters qui au nombre de ses effets visuels compte quelques CGI ratés mais se rattrape par des décors attractifs, tellement à vrai dire qu’on en vient à regretter qu’ils n’abritent que si peu de chose.

Reconnaissons toutefois au réalisateur d’avoir su rester homogène : il a suivi une ligne directrice sans s’en écarter et a réussi le pari de faire un film dynamique et enjoué, sans temps mort ni digressions. Cela s’adresse donc à un public restreint, ne venant que pour le spectacle promis, au détriment de ceux qui auraient préféré une véritable version plus malsaine du conte des frères Grimm. A ceux-là, il sera toujours possible de se rabattre sur le très méritant Hansel et Gretel (2007) du coréen Yim Pil-sung.

Un commentaire sur “Hansel & Gretel : Witch Hunters – Tommy Wirkola

  • 17 juin 2020 à 16 h 11 min
    Permalink

    Je n’ai pas réussi à m’attacher à ce binome de chasseurs. Pourtant je suis assez friand d’action horrifique mais là, ça passe pas. La facilité avec laquelle ces chasseurs arrivent à se débarrasser des monstres enlève tout enjeu dramatique. De plus je n’aime pas trop Gemma Aterton, lui préférant une Famke Janssen bien plus inoubliable dans un Cri dans l’océan, qui dans sa thématique action/horreur, réussit mille fois ce que Hansel et Gretel essaye de faire, offrir des scènes d’action fun, de l’humour efficace et de l’horreur qui monte en crescendo. N’est pas Stephen Sommers qui veut. Hansel et Gretel me fait beaucoup penser aux Frères Grimm de Terry Gilliam, aussi peu divertissant, de la part d’un réalisateur surestimé, et aussi oubliable en fin de compte.

    Je suis d’accord pour Famke Janssen, c’etait une superbe actrice, qui alliait charisme et talent, et elle a fini par être touchée par cette obsession qui contamine toutes les actrices s’approchant de la quarantaine, c’est vraiment dommage.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.