Cinéma Comédie

#Chef – Jon Favreau

Ecrit par Jérémie Conde

chef-jon-favreau

#Chef. 2014.
Origine: États-Unis
Genre: Comédie
Réalisation: Jon Favreau
Avec: Jon Favreau, Robert Downey Junior, Sofia Vergara, Scarlett Johansson…

Jon Favreau, pour ceux qui ne le connaissent pas, c’est le garde du corps d’Iron Man. C’est le mec un peu rigolo, souvent au bout du rouleau, avec un temps de retard sur tout. En même temps, c’est comme si Dark Vador avait un stormtrooper pour garde du corps, ça serait ridicule. Mais en plus d’être le garde du corps, c’est aussi le réalisateur d’Iron Man 1 & 2.

Jon Favreau n’est pas un grand réalisateur. C’est un bon faiseur de films, celui qui rendra la copie attendue par les financiers. Mais Jon Favreau est aussi un homme intelligent qui se souvient d’où il vient.

D’abord acteur ayant trainé sa bouille un peu partout (Seinfeld, Friends, Hercule, Les Sopranos…), voué à des 3èmes ou 4èmes rôles, il réalise Made, son premier film de cinéma en 2001 en tant que réalisateur. Il s’y donne le premier rôle accompagné de Vince Vaughn. Made, c’est son bébé. Il écrit le scénario, réalise le film, se donne un rôle sur mesure. Cette comédie de malfrats plutôt bien faite permettra à Jon Favreau de se faire connaître des studios et de réaliser Elf, une superproduction absurde avec Will Ferrell. Favreau entre ainsi de plein pied dans le circuit hollywoodien et enchaîne une aventure fantastique avec Zathura, un film pour enfants. Il s’essaie là aux effets spéciaux et s’en sort honorablement. Avec Iron Man et sa suite, il s’inscrit pleinement dans une carrière à la Richard Donner: « Donnez moi un scénario, je l’adapterai sans imagination ».

chef-film-jon-favreau-2014

Mais voilà, Jon Favreau aime le cinéma. Et ces super-productions qui l’ont rendu très riche, l’ont éloigné de ce cinéma dans lequel il s’était plongé avec Made: un cinéma plus intime.

Avec #Chef, Jon Favreau s’écrit le rôle parfait. Un cuisinier talentueux qui bosse dans un restaurant où le patron lui refuse toute originalité: on s’en tient au menu, à ce que les gens aiment. Il quittera le restaurant pour retrouver le goût de cuisiner les choses simples.

Oui, #Chef est le récit à peine déguisé de la vie hollywoodienne de Jon Favreau. Après ses films de studios bien calibrés, il a certainement eu besoin de revenir à un cinéma plus proche de lui. Et la passion qu’il met dans ce film, autant dans l’écriture que dans la réalisation montre combien Jon Favreau a peut-être beaucoup de choses à raconter. Car sa passion du cinéma, il la retranscrit parfaitement dans la passion de la cuisine qu’éprouve son personnage dans le film. Je ne serai d’ailleurs pas étonné que Jon Favreau lui-même soit un passionné de cuisine tellement on s’imprègne de sa passion avec envie. Il met ainsi en avant l’art culinaire avec une simplicité qui ferait rougir quelques chefs cuisiniers qui ne jurent que par les plats surchargés.

Bien sûr, dans cette quête du retour au source pour ne mieux que rebondir, le tout est un peu trop prévisible. Mais l’équilibre est parfaitement trouvé grâce aussi aux acteurs secondaires qui donnent du relief à un personnage qui soumis à sa passion pour la cuisine en a oublié ses proches, tels que sa femme et son fils. Ses rapports avec son fils sont d’ailleurs plutôt intéressants même s’ils n’évitent pas certains clichés (le fils qui donne des leçons de vies à son père, le fils qui vit dans la modernité…). Et si on pouvait craindre que le film ne tombe dans le pathos, Jon Favreau réussit le coup de maître de nous épargner les grosses ficelles hollywoodiennes qu’on nous tend si souvent dans ce genre de films. Ce film initiatique, ce mini road movie, drôle et animé, brille aussi par son casting: Robert Downey Junior, Sofia Vergara, Scarlett Johansson, Dustin Hoffman, John Leguizamo, Oliver Platt…

chef-jon-favreau-20014-film

C’est drôle, c’est frais, c’est passionné, et on ne s’ennuie pas. Mais c’est aussi original, bien pensé. L’intégration des réseaux sociaux dans le film est une merveille d’intelligence. Voilà un cinéaste qui a compris tous les enjeux de Twitter et consorts et qui a su les utiliser à merveille dans son film en les intégrant intelligemment. C’est subtil, malin, moderne.

J’en profite pour faire un peu de pub à la superbe bande originale, entraînante, dansante, qui fout la pêche!

Laisser un commentaire