Predator 2 – Stephen Hopkins

predator2

Predator 2. 1990

Origine : États-Unis 
Genre : Action / Science-fiction 
Réalisation : Stephen Hopkins 
Avec : Danny Glover, Maria Conchita Alonso, Kevin Peter Hall, Gary Busey…

Los Angeles, 1997. La ville est désormais en guerre. Les autorités tentent de stopper le trafic de drogue, lui-même divisé en deux factions armées jusqu’aux dents : les jamaicains et les hispaniques. Au milieu de tout ça, le Predator débarquera discrètement (comprendre qu’il passe le plus clair de son temps en mode invisible) pour se livrer à son activité favorite : la chasse. Le Lieutenant Harrigan, une tête brulée, tentera de comprendre le pourquoi des carnages perpétrés au sein des gangs et même de la police. Lorsque les fédéraux débarqueront pour tenter de lui reprendre l’enquête, il devinera qu’il se trame quelque chose de louche.

De la jungle du premier film au Los Angeles urbain, il y a une grande marge que Stephen Hopkins, qui venait alors de finir L’Enfant du cauchemar (plus familièrement appelé Freddy 5) et qui depuis s’est fait connaitre pour sa participation à la saison 1 de la série 24 heures chrono, n’a pas hésité à franchir. Pourtant, il donne à son Predator les mêmes objectifs que dans le film de John McTiernan, à savoir la chasse pure et simple, de préférence contre des humains capables de se défendre. Le Predator reste toujours un noble guerrier, que les humains sans défense n’intéresse pas. C’est ainsi que Hopkins évitera soigneusement de confronter le Predator au petit peuple désarmé, et qu’il ne le fera interagir que sur le conflit police contre trafiquants. Frustrant pour les amateurs d’horreur qui auraient apprécié une bonne boucherie urbaine. Et pourtant… Le film propose effectivement des scènes propices aux débordements sanglants. Le Predator intervenant dans une cérémonie vaudou, ou dans un métro… Des scènes qui auraient vraiment pu se montrer gores, mais qui ne le sont pas. La faute probablement à la censure, qui imposa des coupes massives à Hopkins. La plus grande frustration arrivant lors du duel entre le Predator et le chef des jamaïcains , dont on ne verra strictement rien, si ce n’est la fin, qui se colle directement et de façon trop abrupte aux prémices du combat qui a précédé juste avant (et dont Sandy Collora s’est probablement inspiré lorsqu’il à conçu son court-métrage Batman Dead End). Il ne reste plus donc qu’à se visionner les autres combats, ceux ciblés sur l’action avec grosses pétoires, assez classiques, et à suivre avec un intérêt limité l’enquête du personnage campé par un Danny Glover qui passe son temps à gueuler comme un putois pour bien montrer que son personnage, et ben c’est une tête brûlée qui n’hésitera pas à faire chier les fédéraux. C’est ainsi qu’on lui mettra également dans les pattes deux sous-fifres, un comique et une nana qui en a, mais qui à vrai dire ne serviront pas à grand chose. L’intrigue suit son petit bonhomme de chemin, et le Predator se verra aussi imposé quelques répliques comiques, parodiant les personnages humains qu’il a pu croiser. Pas franchement ce qu’on peut en attendre. Mais enfin, toute sa force est préservée, et il agit réellement comme un chasseur en quête d’un défi à sa mesure. Un monstre noble, qui inspirera d’abord la sympathie (son entrée en scène peut indiquer qu’il constitue une aide pour les flics) avant heureusement de redevenir le prédateur ultime. Certes, ce n’est pas le magistral safari se dénouant sur un retour à la sauvagerie quasi préhistorique réalisé par McTiernan quelques années plus tôt, mais enfin, l’essence du Predator est entretenue. Predator 2 est donc un film bancal, certes riche en action, mais pas forcément conçu comme on aurait pu le souhaiter.

4 réflexions sur “Predator 2 – Stephen Hopkins

  • 23 avril 2017 à 11 h 46 min
    Permalien

    ” La plus grande frustration arrivant lors du duel entre le Predator et le chef des jamaicains , dont on ne verra strictement rien, si ce n’est la fin” Au contraire c’est voulu, c’est ça qui rend la scène forte. C’est comme dans le premier film ou on ne voit pas le duel entre Billy (l’indien) et le Predator.

    Répondre
  • 26 novembre 2020 à 10 h 03 min
    Permalien

    Le film le moins bon avec The Predator de Shane Black. La transposition dans une ville en pleine guerre des gangs aurait pu être intéressante mais ça tourne court pour se centrer sur un Danny Glover bien fade à coté d’un Schwarzy ou un Carl Wheathers. L’enquête qui remplace la traque dans la Jungle n’est pas palpitante, et hormis les attaques du Predator on a rien a se mettre sous la dent. Predator 2 a un coté comics qui lui ne va pas très bien, les personnages caricaturaux, amoindri le danger que représente le Predator, et on est à la limite de la parodie. Parodie dans laquelle Shane Black n’hésitera pas à tomber pour saboter son film devant des exécutifs trop interventionnistes.

    Il faudra attendre le Alien vs Predator de Paul Anderson, pour retrouver la dangerosité des Predators, suivi du remake non avoué de Predators de Nimrod Antal, qui reviendra aux fondamentaux, en ajoutant quelques idées ( les chiens predators, les différentes castes entre les Predators dont se moquera Shane Black dans son film).

    Répondre
  • Bénédict Arellano
    26 novembre 2020 à 16 h 46 min
    Permalien

    Un point de vue que nous ne partageons guère. De toutes les suites de Predator, celui de Stephen Hopkins est celui qui s’en tire le mieux. Et haut la main ! Le film n’est pas parfait mais il apporte des idées neuves et exploite bien son nouvel environnement. En outre, il dispose d’une pléiade de seconds couteaux qui font plaisir à voir de Bill Paxton à Gary Busey en passant par Maria Conchita Alonso. Ensuite, c’est le néant. Les versus ne cherchent qu’à capitaliser sur deux figures incontournables du cinéma fantastique en les dévalorisant lorsque le film de Nimrod Antal se contente de singer McTiernan en ajoutant plus de Predator, sans que cela ne rende son film plus spectaculaire ou plus intéressant pour autant.

    Répondre
  • 26 novembre 2020 à 18 h 42 min
    Permalien

    Dans Predator, on avait une tension autour d’un ennemi que l’on ne voyait pas. Predator 2 aurait dû montrer l’alliance entre les gangsters et la police pour lutter contre une menace qu’ils ne voient pas. De plus, pourquoi le Predator s’en prend aux gangsters et pas aux policiers au début du film ?

    Pour moi, Predator 2 avait un potentiel gâché, même s’il y a quelques scènes sympas comme la traque du Predator par l’équipe de Gary Busey, mais c’est peu.

    A contrario, le film de Paul Anderson réussit pour moi à offrir des scènes de tension avec par exemple cette scène de la pyramide dont les pièces bougent, isolant les membres de l’équipe les uns des autres. On entend que leurs cris mais on imagine sans mal ce qu’ils traversent.

    Pour ma part, je suis un inconditionnel de Paul Anderson, et j’ai aimé tous ses films ou presque, ce qui rend mon jugement peut-être pas très objectif.

    Je vais attendre le Predator de Dan Trachtenberg. Il m’a bien plu avec son Cloverfield que je trouve être le meilleur des trois films Cloverfield, et peut-être que l’on aura un Predator digne de ce nom.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.