Policier Romans et nouvelles

Le Faucon maltais – Dashiell Hammett

Ecrit par Loïc Blavier

fauconmaltais

The Maltese Falcon. 1930.
Origine : Etats-Unis
Genre : Roman noir
Auteur : Dashiell Hammett
Editeur : Gallimard

San Francisco, début des années 30. Le détective privé Sam Spade reçoit la visite d’une jeune femme qui lui demande de bien vouloir espionner un certain Floyd Thursby, qui aurait contraint sa sœur à venir avec lui depuis New York. L’enquête est finalement confiée à Miles Archer, l’associé de Spade. Dans la nuit, celui-ci est averti que Thursby et Archer sont morts tous les deux. Après quelques vérifications, il devient évident que la jeune femme s’est foutue de lui. Elle se nomme en réalité Brigid O’Shaughnessy, et elle est la première personne à l’avoir contacté pour une histoire embrouillée menant au faucon maltais, une œuvre d’art. Le métèque Cairo et l’obèse Gutman suivront, tous très peu honnêtes.

Apparu dans les années 20 après une succession de romans précurseurs, le roman noir prit enfin son envol définitif sous la plume sèche et incisive de Dashiell Hammett, auteur de ce Faucon maltais dont le héros, Sam Spade, allait donner façonner les charismatiques détectives « hardboiled » jusqu’à aujourd’hui. Figurant dans chacun des vingt chapitres qui composent le roman, sa personnalité est à l’origine du style d’écriture de Hammett, fait de phrases courtes allant droit à l’essentiel. Spade est un homme dur, cynique et manipulateur. Le mystère qu’il a à résoudre exige de lui une grande force mentale ainsi qu’un esprit synthétique permettant de croiser les différents témoignages de toutes les parties impliquées dans cette affaire du « faucon maltais ». Le détective se retrouve avec trois clients, tous trois des menteurs invétérés dissimulant la réalité sous une attitude sociable. Brigid est ainsi la femme fatale s’évertuant tout du long à jouer les ingénues pour s’attirer l’amour du détective, qui n’étant pas né de la dernière pluie devine la manigance et retourne donc ce jeu de séduction contre sa cliente. Gutman est un gangster dont le comportement de gentleman, les fortes promesses de rémunération et même les pressions exercées par son homme de main ne sauraient motiver davantage la confiance. Quand à Cairo, petite frappe étrangère, il ne fait tout simplement pas le poids. Chacun cache son jeu autant que faire se peut, et Spade doit mener à bien cette enquête sans disposer d’un seul élément certain. Pour cela, il doit se placer à la limite de la légalité, là où l’acculent de toute façon les meurtres de Thursby et d’Archer. Sa liaison amoureuse avec la femme de ce dernier étant connue, des intentions de mariage leur étant prêtées, il se retrouve suspecté par la police et par le district attorney pour le meurtre de son propre associé, dont il n’a jamais eu une très bonne opinion. Son implication dans les affaire de Thurbsy lui valent également les visites du flic Dundy et de Tom, un ami qui ne peut le couvrir. Loin de chercher à amadouer les flics, Spade les tourne même ouvertement en dérision, ce qui lui permet d’une part de les maintenir à distance et d’autre part d’entretenir sa proximité avec ses clients véreux. Les relations avec ceux-ci sont d’ailleurs pleines de non-dit, tout le monde essayant de se manipuler sans faire de vague, chacun étant conscient des menaces que les autres représentent pour leurs intérêts personnels. C’est dans ce genre de situations qu’excelle le calculateur Sam Spade, qui ne laisse jamais transparaître ses vraies intentions. Cette attitude n’est pas qu’une stratégie : c’est le comportement normal d’un homme qui semble avoir déjà tout vu, et qui traverse les différentes tempêtes sans sourciller. Il ne montre du respect pour personne, excepté pour sa secrétaire Effie Perine, avec laquelle il ne tait pourtant pas sa misogynie. Même son avocat, pourtant censé faire office de dernier rempart avant de sérieux ennuis, doit faire face à ses moqueries ou à ses sautes d’humeur. Ses sentiments sont toujours retenus, et ne prennent jamais le pas sur sa profession. Quand à sa relation avec les autres femmes, elles semblent être elles aussi dominées par le cynisme, son romantisme s’effaçant vite fait devant ses intérêts personnels. Avec son chapeau et ses cigarettes, Sam Spade est bien l’exemple type du détective privé du roman noir, immoral mais efficace. La finalité de son enquête, le faucon maltais, importe peu : Hammett cherche avant tout à bâtir un récit plein de non-dits dans un milieu en vase clos aux secrets assez tordus. Et dans cet univers du roman noir aux termes parfois assez crus (notamment en ce qui concerne la sulfureuse femme fatale), le personnage principal doit tout maîtriser de bout en bout sans se laisser avoir par les surprises émanant de ses singuliers amis / ennemis (la frontière est parfois mince) qui peuvent l’attendre n’importe où. En toute circonstance, Sam Spade dégage une impression de sérénité hautaine qui lui a valu sa reconnaissance littéraire ou cinématographique, bien que Le Faucon maltais soit le seul roman dans lequel il soit apparu. Dashiell Hammett a vraiment fait du bon boulot !

Laisser un commentaire