Drame Romans et nouvelles

Au cœur des ténèbres – Joseph Conrad

aucoeurdestenebres

Heart of Darkness. 1902.
Origine : Angleterre
Genre : Drame
Auteur : Joseph Conrad
Editeur : GF – Flammarion

 

Roman le plus célèbre de son génial auteur, Au cœur des ténèbres nous raconte l’histoire de Marlow, un marin anglais qui rêve devant les grands vides sur la carte africaine. Alors la Grande Bretagne était pleinement plongée dans sa volonté d’expansion coloniale, il saisit sa chance quand on lui propose de partir chercher Kurtz agent d’une compagnie exploitant l’ivoire perdu au fin fond du Congo belge. La remontée du Congo va conduire Marlow jusqu’au cœur des ténèbres…

Conrad s’inspire de son propre voyage effectué au Congo en 1890. En effet, bien qu’étant le fils d’un homme à la culture lettrée (son père était traducteur et écrivain), Joseph Conrad est d’abord un authentique marin. Il ne cache pas son goût pour les récits d’aventures (genre alors majeur à l’époque avec des auteurs tels que Robert Louis Stevenson, Jules Vernes, sir Arthur Conan Doyle…) et ce sont les récits du capitaine Marryat qui le pousseront à s’engager dans la marine, après la mort de son père. De son voyage au Congo, Conrad reprend bien des éléments dans son œuvre : Comme lui Marlow s’engage à Bruxelles, comme lui il est déçu de n’avoir à commander qu’un navire fluvial, et enfin comme lui il sera déçu par la violence excessive du colonialisme français et belge et rentrera en Europe désabusé. Dans le roman Marlow est le porte-parole de Conrad.
Ainsi, parce qu’il s’inscrit dans un contexte politique (le colonialisme) et que sa narration épouse le cheminement des idées de Marlow/Conrad, Au cœur des ténèbres est bien plus qu’un simple roman d’aventures. C’est une violente charge contre le colonialisme et contre la civilisation. Le colonialisme y est décrit comme quelque chose d’absurde et de cruel, voué automatiquement à l’échec… Mais bien plus que de dénoncer les travers de l’exploitation coloniale via des exemples frappants (la canonnière tirant au hasard dans la jungle, les morts laissés à l’abandon sur les bords des routes…), Conrad nous parle d’une civilisation européenne comme d’un fragile vernis qui ne demande qu’à éclater. La nature sauvage de l’Afrique encore vierge joue ici le rôle de révélateur de la sauvagerie fondamentale de l’homme.

Ces éléments atteignent leur point culminant lors de la rencontre avec Kurtz, l’explorateur devenu fou et tyrannique au fin fond de sa jungle… Ce passage est également révélateur de la structure en oppositions et de l’ambiguïté du roman. Conrad vit entre deux siècles (il est né en 1857 et meurt en 1924) et entre deux styles de romans : le roman d’aventure du XIXème siècle, axé sur l’imaginaire et l’héroïsme, et celui du XXème siècle, beaucoup plus réaliste. Au cœur des ténèbres est sans doute le roman où cette opposition est la plus marquée, et donc également l’un des romans qui a le plus fait évoluer le genre. Le recours aux genres de l’autobiographie et du récit de voyage tendent à donner au roman de Conrad un caractère beaucoup plus réaliste et moins fantasmé que le roman d’aventures du XIXème siècle. De même, la manière dont Conrad utilise son voyage, expérience somme toute banale dans cette période où les hommes se déplacent de plus en plus, pour critiquer le système colonialiste inscrit aussi son œuvre dans une perspective encore nouvelle pour l’époque. Il écrit son roman d’aventures en utilisant des techniques modernes et des pratiques d’écriture moderne telles que l’introspection et l’analyse psychologique. Pour en revenir à Kurtz, dans la première partie du roman, avant que Marlow ne le rencontre, il apparaît comme un personnage exceptionnel, un aventurier héroïque, un surhomme presque. Mais cela n’est possible que par l’intermédiaire de la parole, et donc de la fiction, puisque tout ce que le narrateur apprend de Kurtz vient de récits rapportés. Et quand il le rencontre, Marlow s’aperçoit qu’il n’est qu’un monstre,  » creux de l’intérieur « , comme le sont les héros de fictions dont les aventures n’existent que sur le papier.

Bref, Au cœur des ténèbres est un excellent roman, aux thématiques et aux symboles riches d’interprétations. Et surtout c’est un roman qui a durablement marqué la littérature et le genre du roman d’aventures.

Laisser un commentaire