Aventure Cinéma Fantastique

L’Histoire sans fin – Wolfgang Petersen

histoiresansfin

The Neverending Story. 1984.
Origine : R.F.A. / Etats-Unis
Genre : Ode à l’imaginaire
Réalisation : Wolfgang Petersen
Avec : Barret Oliver, Noah Hathaway, Moses Gunn, Tami Stronach…

histoiresansfin11 histoiresansfin12

Bastien, garçonnet brimé par trois de ses camarades et inconsolable depuis le décès de sa mère, trouve régulièrement refuge dans les livres, qu’il dévore avec appétit. Un jour, alors qu’il tente d’échapper à ses tourmenteurs, il entre dans la boutique d’un libraire irascible chez lequel il découvre un roman intitulé L’Histoire sans fin. Faisant fi des mises en garde du commerçant, il profite de son absence pour le lui dérober. Arrivé en retard pour un examen surprise de mathématiques, Bastien se réfugie dans le grenier de son établissement où il se plonge dans sa dernière acquisition. Il y est question du royaume extraordinaire de Fantasia en proie à un mal insidieux, le Néant, qui dévore tout sur son passage. Mandaté par l’impératrice, Atreyu, un valeureux et jeune guerrier doit trouver un remède pour enrayer ce mal. Au fil de sa lecture, Bastien va se retrouver de plus en plus impliqué dans cette aventure.

Adaptation du best-seller allemand de littérature enfantine écrit par Michael Ende, L’Histoire sans fin se présente à l’époque comme l’alternative européenne aux mastodontes hollywoodiens sur le terrain du divertissement tous publics. Enfin, une alternative toute relative dans la mesure où le budget nécessaire pour reconstituer l’univers de Fantasia n’a pu être réuni qu’au terme d’une coproduction entre l’Allemagne de l’Ouest et les États-Unis. Tout auréolé du succès de son précédent film Le Bateau (1981), Wolfgang Petersen hérite du bébé après la défection du réalisateur initialement envisagé. Il n’en prend pas moins le projet à cœur, allant jusqu’à s’impliquer dans la rédaction du scénario. Irrité par le résultat qui en a découlé –selon lui, le film affadit considérablement son ouvrage– Michael Ende réclame et obtient que son nom ne lui soit plus associé. Sans préjuger de la teneur réelle du roman, que je ne connais pas, force est de reconnaître que L’Histoire sans fin dans sa version cinématographique ne brille pas par sa complexité, déployant un récit des plus linéaires dont l’issue ne fait aucun doute.

histoiresansfin13 histoiresansfin14

Si le cœur du récit est bien entendu la quête d’Atreyu pour sauver l’impératrice, et partant le royaume de Fantasia, le film n’en démarre pas moins dans notre monde, au côté du jeune Bastien. Ce dernier mène une vie morne, coincé entre l’incompréhension paternelle et la méchanceté gratuite de ses pairs qui n’aiment rien moins que le persécuter sans cesse. Dans cette grisaille permanente, seuls les romans parviennent à lui redonner le sourire, lui offrant le lot de dépaysement, d’aventures et d’émotions nécessaires pour lui faire oublier ses soucis du quotidien. A tel point que lors de la lecture de L’Histoire sans fin, il en oubliera complètement de rentrer chez lui, trop captivé par ce qu’il lit pour se soucier un tant soi peu de l’angoisse qui doit étreindre son père face à son absence, ou pour se laisser envahir par la fatigue. Et quand bien même ce que Bastien vit au milieu de la poussière du grenier de son école n’a rien de passionnant, le récit nous invite à le retrouver à intervalle régulier afin que nous appréhendions au mieux la manière dont il s’implique peu à peu dans sa lecture. Bastien sert à la fois de référent pour le jeune public (en gros, lorsqu’il a peur ou est ému, le public doit l’être aussi –en tout cas, cela a été pensé ainsi–), et d’élément déclencheur à l’action (s’il ne lit pas le livre, il n’y a pas de film). En outre, certaines des micro péripéties qu’il vit annoncent celles à venir pour Atreyu (la tête de loup empaillée renvoie à Gmork, le loup sanguinaire qui poursuit le jeune guerrier), accroissant progressivement le lien de plus en plus ténu qui existe entre la fiction (Atreyu) et la réalité (Bastien). En un sens, cette Histoire sans fin rappelle cette fameuse collection de romans « dont vous êtes le héros » née dans les années 60-70 et qui a connu un véritable essor durant les années 80. Même si l’interactivité du roman n’est pas absolue, Atreyu menant sa quête indépendamment de Bastien, ce dernier n’en dispose pas moins du « final cut », étant le seul dont les actes ont une réelle incidence sur le cours du récit. A ce titre, une scène illustre à merveille le caractère anecdotique d’Atreyu, lorsque celui-ci arpente des ruines sur lesquelles figurent des fresques retraçant toute son épopée. Là, sous ses yeux éberlués, s’affiche la preuve que toutes les épreuves par lesquelles il est passé ont été écrites à l’avance. Ne sachant déjà pas vraiment ce qu’il cherchait, le voici définitivement perdu en apprenant de manière aussi brutale ce qui est le lot de tout personnage de fiction : être le jouet de son créateur.
De manière générale, la quête d’Atreyu constitue le gros point faible du film, ce qui est dommageable lorsque l’on considère qu’elle est censée en être le cœur. Déjà, le remède qu’il est chargé rapporter pour guérir l’impératrice demeure obscur, fleurant bon le mcguffin. On ne lui dit pas vraiment où chercher, le jeune guerrier parcourant le royaume de Fantasia au petit bonheur la chance, bénéficiant en outre de l’aide inespérée du dragon Falkor, bien utile lorsqu’il lui faut parcourir de longues distances en très peu de temps. En vérité, cette quête nourrit pour principal but de nous faire arpenter les terres de Fantasia et côtoyer sa population bigarrée. Sur un strict plan dramaturgique, il y a peu de chance pour que les spectateurs de plus de 10 ans trouvent leur compte avec les aventures traversées par Atreyu. Celles-ci demeurent sommaires et, dépourvues d’un enjeu véritablement identifiable, s’avèrent rapidement ennuyeuses. La menace que représente Gmork, et plus encore du Néant, reste trop abstraite pour qu’on puisse réellement s’émouvoir du devenir du jeune guerrier. Et quand celle-ci se précise, elle se retrouve écartée avec un bel empressement. Alors entre deux bâillements, il ne nous reste plus qu’à nous émerveiller devant les prouesses du département des effets spéciaux, à défaut du département artistique, particulièrement peu inspiré sur ce coup-là (la grisaille des décors renvoie à un autre film d’heroic fantasy autrement plus réussi, j’ai nommé Dark Crystal). Quoi qu’on pense du film, des figures comme le Mange-pierres, le dragon Falkor ou encore la tortue géante Morla (ma préférée avec son désintérêt non feint, et qui rejoint le nôtre, pour les préoccupations d’Atreyu) marquent durablement les esprits, autant pour leur expressivité (superbes animatroniques) que par leurs caractères affichés (la gentillesse de Mange-pierres ; la bonhomie de Falkor ; et donc le je-m’en-foutisme de Morla). Grâce à eux, le voyage à Fantasia paraît moins pénible, et véhicule un peu de ce merveilleux qui fait tant défaut au reste du film.

histoiresansfin15 histoiresansfin16

Film faisant la part belle à l’imaginaire (son message est limpide : sans le pouvoir de l’imagination, nos vies ressembleraient au Néant), L’Histoire sans fin ne s’en avère pas moins être un spectacle des plus paresseux et peu stimulant. Néanmoins, il rencontrera un beau succès qui ouvrit grand les portes d’Hollywood à son réalisateur, et engendrera deux suites, encore moins inspirées.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.