Cinéma Science-Fiction

Fusée pour la Lune – Richard E. Cunha

Ecrit par Bigbonn

missiletothemoon

Missile to the Moon. 1958.
Origine : Etats-Unis
Genre : Science-fiction
Réalisation : Richard E. Cunha
Avec : Richard Travis, Cathy Downs, K. T. Stevens, Tommy Cook…

missiletothemoon1 missiletothemoon2

Quand on a une fusée dans son jardin, ou presque, et qu’on est arrivé à un tel niveau de technologie qu’on est prêt à partir pour la Lune, il ne faut pas s’étonner de voir les militaires et le gouvernement s’intéresser à vous. Et, ça, ça fait bien suer Dirk Green, génial concepteur de cet engin spatial, peu résolu à se faire voler son projet ni à être condamné à en regarder d’autres s’embarquer à sa place vers le satellite de la Terre qui éclaire nos nuits quand il est bien joufflu et que les nuages sont rares.
Profitant de l’incursion dans son domaine de deux fugitifs qui ne trouvent rien de mieux comme cachette que sa fusée, il précipite son départ et, avec ses nouveaux assistants plus ou moins volontaires, décolle vers les cieux dans d’inévitables gerbes de fumée et quelques moues grimaçantes et surjouées censées montrer la brutalité d’un tel envol.
Dans cette escapade, il emporte aussi, sans le savoir, son ami Steve Dayton et sa fiancée June, grimpés à bord parce qu’intrigués par ce qu’il s’y passait et finalement en partance, eux aussi, pour une aventure incroyable ayant un peu plus d’une dizaine d’années d’avance sur les premiers pas réels de l’homme sur la Lune.
Une fois là-haut, alors que la fusée est ballottée par un champ de météorites, Dirk Green ne trouve rien de mieux qu’à calancher, non sans avoir remis un médaillon à Dayton et lui avoir instamment demandé d’alunir au point prévu, avant de répéter plusieurs fois le mot : Lido… Lido… Lido… « Et pourquoi pas Folies Bergères ? » aurait pu lui répondre Dayton, car on n’est pas très loin d’une revue parisienne lorsqu’on arrive sur la Lune ! Ben oui : des belles filles aux mensurations plus que correctes, une danseuse légèrement lascive (très légèrement… trop légèrement…), une meneuse de revues sur le retour (Lido 1), bientôt remplacée par une autre, plus jeune et plus agressive (Lido 2), repérable facilement à une espèce de couvre-chef totalement ridicule évoquant à la fois les serpents de la gorgone et le sapin de Noël (pour les boules qui semblent y être accrochées), tout est là pour faire penser à une virée dans un cabaret kitsch plutôt que dans une cité en perdition de l’astre lunaire.

missiletothemoon3 missiletothemoon4

Pour les deux gangsters en fuite, cette évasion plus lointaine que prévue est pleine de promesses : des belles filles peu farouches (forcément, elles ont été privées de mâles pendant un bon moment !) et même des diamants, énormes et bien brillants. Mais dans la science-fiction américaine des années 50, comme dans les tragédies antiques, « à vaincre sans péril on triomphe sans gloire », et il faudra donc à nos deux lascars, et à leurs compagnons bon teint, se coltiner quelques créatures surprenantes voire même mortelles (même si elles risquent plus de faire mourir de rire que de peur mais bon…).
C’est ainsi que nos astronautes en goguette doivent fuir devant la menace périlleuse que représentent… les hommes rochers ! Que Dayton se retrouve sous la coupe de Lido qui n’a qu’une idée : l’épouser ! Au grand dam de sa fiancée, June, qu’est pas trop d’accord mais qui se retrouve attachée et livrée à… une araignée géante ! Et moche aussi, faut quand même le dire ; et pas très bien animée, certes ; et plus risible qu’autre chose, c’est vrai aussi ; ce qui n’empêche pas la June de pousser des cris que ne renieraient pas les meilleures scream-queens avant de tomber dans les pommes, ce qui est toujours cinégénique a dû se dire le réalisateur…

On le sent peut-être, dans ce descriptif que je fais de l’histoire, des décors, des personnages et des effets spéciaux, je n’ai pas réussi à prendre ce film très au sérieux. Mais je pense que Richard E. Cunha, qui était derrière la caméra, ne le faisait pas beaucoup plus. Fauché, avec un temps de tournage très limité, il ne pouvait donner corps qu’à une vision modeste et bon marché de son voyage vers la lune, passablement inspiré d’ailleurs, d’après plusieurs sources, du Cat Women of the Moon de 1953 et d’Arthur Hilton…
Alors ça n’est pas désagréable, non, mais ça n’est pas non plus bien fameux, plutôt un peu fumeux. On ne croit pas une minute à ces deux prisonniers en fuite qui choisissent de se cacher dans une fusée, ni à leur décollage, ni même à la fusée d’ailleurs. On ne croit pas plus aux hommes rochers, que les Terriens redoutent pourtant ardemment alors qu’ils ont l’air plus qu’inoffensifs. Les sélénites, ces femmes lunaires aux courbes délicates, ont beau être des gagnantes de concours de beauté labellisées comme telles au générique (on a ainsi droit à une Miss Florida, une Miss New Hampshire, mais aussi une Miss France – Lisa Simone, une Miss Germany et même une Miss Yugoslavia !), cela n’en fait pas des Oscars du meilleur espoir féminin et encore moins de la meilleure actrice. La grosse bébête velue a beau marcher dans sa grotte de la patte gauche et même de la droite et même des six autres, cela ne lui portera pas chance et on restera un peu sur notre faim de ne pas en avoir vu plus, et d’autres, se déplacer aussi joyeusement par bonds désordonnés, probablement dus à des ficelles mal ajustées…

missiletothemoon5 missiletothemoon6

Ce film est un voyage périlleux dans lequel la cupidité est punie, une citée perdue démolie, mais cela n’émeut guère les rescapés, en tout cas pas plus d’un quart de seconde. Leur participation à ce tour de force technologique qui les a arrachés de Terre, leur a fait traverser le ciel, alunir, découvrir un monde habité de jolies filles et de « créatures des ténèbres », puis repartir, ne provoque chez ces voyageurs très prosaïques que des questionnements métaphysiques dignes du supplément féminin d’un quelconque hebdomadaire télé… En effet, alors qu’on pourrait penser que de cette épopée vont jaillir des mots aussi forts qu’ « un petit pas pour l’homme et un grand pas pour l’humanité », il n’en ressort qu’une piètre interrogation, exprimée par la fiancée de Deyton, et pour le coup vraiment très terre-à-terre : « …
Eh là ! Ne croyez quand même pas que je vais vous dire ce qu’elle a dit, ce serait gâcher le plaisir de découvrir un tel abîme de vacuité (attention néanmoins à ne pas trop s’y pencher, au risque d’y tomber…)

Laisser un commentaire