Documentaires Essais

Le Capitalisme est-il moral ? André Comte-Sponville

Ecrit par Jérémie Conde

capitalismeestilmoral

Le Capitalisme est-il moral ?. 2004.
Origine : France
Genre : Essai
Auteur : André Comte-Sponville
Editeur : Albin Michel

C’est une question, pour le citoyen que je suis, qui m’a traversé l’esprit plus d’une fois. Plus particulièrement, je me demandais si le capitalisme était humaniste. A défaut d’avoir ma réponse précise, j’ai décidé de lire cet ouvrage et de me faire mon propre opinion. Peu importe donc ici ce que je pense du capitalisme, il s’agit donc de présenter ce livre et en faire une critique la plus objective possible.

En premier lieu, il faut signaler que c’est un livre très facile d’accès. Lorsqu’on lit un philosophe, on a toujours peur de ne rien comprendre. Comte-Sponville a l’intelligence de présenter là un ouvrage clair, précis, et surtout accessible au plus grand nombre. De plus, il prend le temps d’expliquer chaque terme important ce qui nous permet d’avoir une vraie vision de la question. En cela, c’est un livre très ludique, et absolument pas élitiste. Bravo donc.
En ce qui concerne le développement du livre, Comte-Sponville nous présente l’économie telle qu’elle est et cherche à y intégrer une part d’humain. Bien évidemment, il se rend compte combien ce n’est pas possible, que l’économie n’est pas une science humaine, qu’elle répond à des besoins, à des situations, et que donc, cette économie capitaliste, ce capitalisme n’a pas à se soucier des questions morales qui sont les nôtres, à nous humains. Ainsi l’auteur nous dit, après un large développement fort intéressant (vous comprendrez qu’on ne peut ici développer toutes les questions que soulève Comte-Sponville), que le capitalisme n’est pas moral. Mais qu’il n’est pas immoral non plus, qu’il est simplement amoral.

Pour en arriver là, il établit 4 ordres :
– l’ordre techno-scientifique,
– l’ordre juridico-politique,
– l’ordre de la morale,
– l’ordre de l’éthique.
(on pourra en rajouter un 5ème pour ceux qui croient en Dieu)

Il explique très clairement que le capitalisme est régit par tous ces ordres là. Que des lois imposent des règles, que la morale (catholique, culturelle, etc…) impose aussi certains comportements, et que l’éthique au-delà de la législature impose des règles de conduite.
Par exemple : un scientifique du 1er ordre a la possibilité de cloner un être humain. Le 2ème ordre légifère. Le 3ème pose la question à savoir si dans notre culture c’est tout à fait moral, et si on peut accepter la création d’un clone, c’est à dire par exemple, autre que la création divine pour les croyants. Le 4ème ordre se distingue du 3ème dans la mesure où quelque chose peut-être moral mais pas forcément éthique. Simplement parce que la morale à une valeur individuelle.
Tout cela est très intéressant. Il parle aussi de la confusion des ordres qui mène à la tyrannie, il parle aussi de cette chose toute simple lorsqu’il dit :  » C’est au nom du bien presque toujours qu’on s’autorise le pire » (p 113). Ça se passe de commentaires…
Et puis il y a aussi la question du libéralisme, et de l’ultralibéralisme. J’ai retenu ce passage dont Comte-Sponville parle : « Jean-Paul Fitoussi : Il a été scientifiquement démontré par un économiste américain tout à fait sérieux que, dans un pays ultralibéral, où l’Etat ne s’occupe absolument pas de l’économie, le plein emploi est assuré… pour tous les survivants « . (p 132). Ça se passe aussi de commentaires.
Bref, ce livre se passe de nombreux commentaires, c’est un livre qui se lit très bien, très vite, qui critique notre société, qui critique certes le capitalisme, mais aussi le marxisme et le communisme, qui donc critique l’économie qui dans tous les cas n’a rien de morale, ni d’immorale.

C’est un livre que je conseille énormément, un livre très intéressant, même si on ne s’intéresse pas vraiment à l’économie, c’est un livre aux questionnements philosophiques, c’est un livre pertinent, un livre facile à lire, mais pas à écrire.

Laisser un commentaire