Action BD Thriller

XIII – Tome 3 – Toutes les larmes de l’enfer – Vance et Van Hamme

Ecrit par Jérémie Conde

xiii-tome-3-toutes-les-larmes-de-l-enfer

XIII
Tome 3 : Toutes les larmes de l’enfer
1986
Origine : Belgique
Genre: Thriller
Dessins : William Vance
Scénario : Jean Van Hamme
Editeur : Dargaud

Jean Van Hamme et Vance ne s’arrêtent plus ! Depuis 1984, c’est un album par an qu’ils sortent pour le plus grand bonheur de son éditeur qui voit les ventes de cette BD augmenter au fur et à mesure des nouveaux épisodes.

XIII se retrouve à Plain Rock, un centre pénitentiaire de haute sécurité, après avoir été inculpé des meurtres de Jérémie et Matt Rowland. Lors du procès, il clame haut et fort qu’il n’est pas Steve Rowland. A Plain Rock, où il doit purger une peine à perpétuité, XIII reçoit un traitement spécial à base d’électrochocs afin de lui faire retrouver la mémoire. Le docteur qui s’occupe de lui découvre sur le crâne et le visage de son patient des traces de chirurgie esthétique. L’information remonte jusqu’au Colonel Amos qui avertit le juge Allenby chargé lui-aussi de l’enquête. Ils convoquent le Général Carrington afin de lui demander un peu d’aide dans ce dossier et lui révéler que XIII n’est pas le Steve Rowland qu’il a bien connu. L’homme a subi une opération de chirurgie esthétique afin de ressembler à Steve Rowland. Ils parlent alors d’une conspiration, d’hommes avec d’énormes moyens. Ce n’est déjà plus XIII qui les intéresse, mais ceux qui sont à l’origine de l’assassinat du Président, XIII n’était qu’un pion qu’on a essayé d’éliminer.

D’ailleurs, La Mangouste, chargée de tuer XIII, revient à la charge dans cet épisode. Et XIII pourra compter sur Jones, personnage désormais récurrent qui épaulera XIII tout au long de ses tribulations. A partir de cet épisode, XIII n’est plus seul, il peut compter sur d’autres personnes même s’il est toujours l’instrument de certains. Les personnages secondaires ne sont pas là pour combler mais ont un rôle primordial dans l’ensemble des mystères qui entourent le personnage de XIII.

Avec ce troisième tome, Vance et Van Hamme réussissent à faire durer le suspens tout en rajoutant de nouvelles informations. Cet album nous largue un énorme coup de théâtre ! XIII est de nouveau un parfait inconnu et une nouvelle piste est lancée sur une probable identité. On apprend l’opération dont il a été victime, et on se demande qui est à l’origine d’une telle chose. Van Hamme fait de nouveau preuve d’une grande maîtrise et d’une grande finesse dans son récit. Toutes les scènes dans la prison dégagent une moiteur désagréable. XIII y étouffe et le lecteur découvre ce huis-clos avec intérêt. Comment XIII se sortira de là ? Lui viendra-t-on en aide ? Est-il en sécurité dans ce centre au milieu du désert ? Le genre est totalement maîtrisé, toujours excellemment illustré par Vance. Le duo touche des sommets de complicité avec un dessin et une mise en scène totalement en accord avec le récit.

La force de cet album c’est aussi son ambiance. On est au milieu du désert, et on se sent oppressé constamment au milieu des murs hauts et larges de Plain Rock. Les personnages secondaires présents seulement pour l’album ont tous une personnalité propre qui sert parfaitement l’histoire. Van Hamme prouve qu’au-delà d’un scénariste, il est aussi un auteur sachant créer des psychologies sur quelques pages et en quelques dialogues savamment tournés. Le réalisme est poussé ici à son paroxysme. De plus, le thriller politique qui sévit depuis le début prend un tout autre tournant dans ce numéro. Les enquêteurs ont de nouvelles pistes. On pense à un coup d’état se tramant dans les hautes sphères du pouvoir. L’ombre du fascisme fait son approche.

Vous l’aurez compris, Toutes les larmes de l’enfer est un album réussi, peut-être le meilleur depuis le début. Les deux compères, les auteurs, ont su créer des personnages charismatiques et attachants n’étant pas là seulement pour combler. Et peut-être que ce qui fait qu’on a là aussi un album tout simplement génial, c’est qu’on n’arrive pas à décrocher, et je n’aurais pas voulu être de ceux qui l’ont lu en 1985, parce que ça m’aurait bien emmerdé de devoir attendre plusieurs mois pour lire la suite !

A noter que la couverture originale est tout simplement superbe ! Peut-être, et c’est seulement mon avis subjectif, ma couverture préférée toute BD confondues !

Laisser un commentaire